Sale temps pour les concessionnaires Jaguar Land Rover

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Sale temps pour les concessionnaires Jaguar Land Rover

Jaguar compte réduire ses réseaux européens en ne conservant qu'une poignée de points de vente. Les résultats commerciaux de la marque sont très mauvais depuis le début de 2022 en France (999 ventes).

Alors que le capitaine Thierry Bolloré a dû quitter le navire et que les relations entre les marques Jaguar et Land Rover et leurs réseaux sont à couteaux tirés, de nouvelles révélations font craindre le pire pour Jaguar.

Comme Auto Infos vous le révélait récemment, les tensions sont aiguës entre les marques Jaguar et Land Rover et leurs réseaux, surtout pour le constructeur de Blackpool. En France, la direction de Jaguar évoquait ainsi un passage de 35 points de vente à une douzaine, avec une coupe sèche dans le nombre d’investisseurs. Sur le marché, la situation commerciale est mauvaise, et Jaguar a immatriculé 999 véhicules depuis le début de l'année, avec 37 immatriculations depuis le début du mois de novembre. Chez Land Rover, la situation est légèrement mieux orientée, avec 3 637 immatriculations depuis le début de l’année. En outre, les résultats de Jaguar Land Rover à la dernière enquête Cote d'amour des constructeurs étaient très mauvais.

Un réseau européen réduit à peau de chagrin

Le problème se pose au niveau européen et nos confrères belges de Gocar révèlent que le réseau doit passer de 26 sites à 5 en Belgique. En Allemagne, on passerait de 90 points de vente à 28. De surcroît, les distributeurs Jaguar devraient accepter un contrat d’agent moins rémunérateur qu’auparavant. À l’inverse, tout du moins dans un premier temps, les concessionnaires Land Rover devraient continuer à travailler dans le cadre d’un contrat de distribution sélective.

La réinvention de Jaguar paraît bien torturée…

En fait, pour plusieurs investisseurs, c’est la question de l’avenir de la marque Jaguar qui se pose. Sous le pavillon de Tata, elle doit déployer son plan Reimagine qui implique un positionnement plus luxe que premium et une électrification intensive (100 % en 2025). Toutefois, Thierry Bolloré a quitté le groupe et l’intérim sera assuré par Adrian Mardell, ce qui ne constitue pas la situation idéale pour dérouler un plan de restructuration à marche forcée. Et pour le moment, Jaguar Land Rover doit toujours s’abriter dans le pool de Tesla pour éviter les amendes liées au CO2 en Europe. Aucun nouveau modèle n’est prévu d’ici à 2025 et l’inauguration de la nouvelle plateforme maison Panthera, que Jaguar ne partagera pas avec Land Rover, se détournant des SUV. Rappelons encore que le projet de XJ électrique avait été brutalement annulé.

Nous vous recommandons

Vers la mutation des savoir-faire dans la distribution et la réparation automobile

Vers la mutation des savoir-faire dans la distribution et la réparation automobile

Comme tous les vendredis, retrouvez la chronique de François Rotteleur sur l’actualité RH dans l’univers de la distribution automobile.La fin de l’année amène son lot de précisions sur les dispositions prises par les marques et...

Le groupe Bayi reprend quatre sites Citroën au groupe Berrezai

Le groupe Bayi reprend quatre sites Citroën au groupe Berrezai

Retail Renault Group reprend les sites Renault, Dacia et Motrio de Libourne

Retail Renault Group reprend les sites Renault, Dacia et Motrio de Libourne

Les groupes Parot et Amplitude font affaire à Châteauroux

Les groupes Parot et Amplitude font affaire à Châteauroux

Plus d'articles