Sécurité routière : la mortalité revenue aux niveaux de 2019

Clotilde Gaillard

Sujets relatifs :

, ,
Sécurité routière : la mortalité revenue aux niveaux de 2019

Sécurité routière : la mortalité revenue aux niveaux de 2019

Triste constat. Alors que l’année 2020, certes atypique, avait au moins permis une chute des décès sur les routes de France, voilà que le bilan de juin 2021 est reparti à la hausse au point d’atteindre, à trois vies près, celui de 2019.

Selon les estimations de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 289 personnes sont décédées sur les axes de France métropolitaine en juin 2021, contre 211 en juin 2020 (+ 37 %) et 292 en juin 2019 (-1 %). Cette double comparaison visant à mettre en regard des mois aux contextes de trafic similaire – juin 2020 ayant été une période particulière en raison de la crise sanitaire qui a diminué le nombre de personnes sur les routes – n’a toutefois pas de quoi rassurer. Pour cause : le taux de mortalité est remonté à des niveaux similaires de ceux d’ « avant covid ». Il n’y a donc pas de quoi se réjouir de constater que les rares effets positifs des confinements en matière de vies sauvées appartiennent déjà au passé.

Les voyants repassent au rouge partout !

Car, malheureusement, la mortalité n’est pas le seul indicateur connaissant une forte progression en juin 2021, que cela soit par rapport à juin 2020 ou même juin 2019. Ainsi, le nombre d’accidents corporels enregistrés par les forces de l’ordre s’établit à 5 562 en juin 2021, contre 4 177 en juin 2020 (+ 33 %) et 5 235 en juin 2019 (+ 6 %). Les personnes blessées, elles, sont au nombre de 7 020 en juin 2021, contre 5 268 l’année dernière (+ 33 %) et 6 671 deux ans auparavant (+ 6 %).

D’ailleurs, quelle que soit la typologie d’usagers, la mortalité bondit avec plus ou moins d’intensité. La plus flagrante est, encore une fois, celle des cyclistes avec 28 tués en juin 2021, soit 16 de plus qu’en juin 2020 et 12 de plus qu’en juin 2019. Celle des piétons n’est également pas enviable puisque, en juin 2021, on recense 37 décès, soit 8 de plus qu’en juin 2020 et 4 de plus qu’en juin 2019. Les utilisateurs d’EDPM (engins de déplacement personnel motorisés) comptent, eux, 4 tués parmi leurs rangs en juin 2021, contre 1 en juin 2020 et 2 en juin 2019. Quant aux deux-roues motorisés, ils dénombrent 34 décès de plus qu’en juin 2020 et 8 de plus qu’en juin 2019. Seuls les automobilistes, qui relèvent 110 tués contre 101 en juin 2020, ont une mortalité inférieure à celle de juin 2019 avec 22 vies épargnées.

Les enfants en agglomérations paient un lourd tribut

Autre fait inquiétant, voire tragique : la mortalité des enfants connaît une dramatique croissance. Au mois dernier, 27 d’entre eux ont ainsi perdu la vie. C’est presque quatre fois plus qu’en juin 2020 (qui en comptait 7) et deux fois plus qu’en juin 2019 (qui en recensait 13). Celle des jeunes de 18-24 ans a également doublé entre juin 2021 et juin 2020 avec 49 représentants de cette tranche d’âge décédés contre 24 l’an passé. La mortalité des seniors de 65 ans et plus est, elle, constante mais toujours trop haute avec 60 tués en juin 2021, soit 2 de plus qu’en juin 2020 et le même nombre qu’en juin 2019.

Sans surprise, c’est hors agglomération – car c’est là que la vitesse est la plus importante et donc la plus mortelle –, que se concentrent les décès, 169 au total. Un chiffre supérieur à celui de juin 2020 (52 tués de plus) mais légèrement inférieur à celui de juin 2019 (avec 5 tués de moins). Pour autant, les agglomérations – où se côtoient le plus d’usagers de la route différents – s’avèrent aussi meurtrières avec 103 vies fauchées en juin 2021. C’est respectivement 23 et 9 tués de plus qu’en juin 2020 et juin 2019. Amer record…

Bilan désastreux sur le deuxième trimestre 2021

Au vu de ces données plus que décevantes, on se doute bien que le deuxième trimestre 2021 n’aura rien d’enthousiasmant. Avec un total de 708 tués – contre 520 tués au T2 de 2020 et 770 tués au T2 de 2019 –, il connaît une évolution de + 36 % en un an. La mortalité des cyclistes, en forte recrudescence avec 63 tués contre 49 en 2019 (soit + 29 %) influe beaucoup dans cette poussée qui n’a rien de positif. De même, les 185 motocyclistes décédés au deuxième trimestre 2021 (vs les 178 en T2 2019) expliquent ces mauvais résultats. En ces temps de départs en vacances et de chassé-croisé, et pour éviter que le troisième trimestre 2021 ne soit aussi funeste que le deuxième, prudence sur la route donc !

Nous vous recommandons

Le réseau Métropolis accueille ses premières bornes de recharge ultra-rapide

Le réseau Métropolis accueille ses premières bornes de recharge ultra-rapide

Le réseau francilien veut déployer à terme 5 000 points de recharge sur la Métropole du Grand Paris, dont 250 délivreront une charge ultra-rapide. Le déploiement a commencé dans cinq communes (Issy-les-Moulineaux, Montrouge,...

Les premières stations de recharge rapide Fastned inaugurées

Les premières stations de recharge rapide Fastned inaugurées

Véhicules électriques : le groupe EDF accompagne la transition énergétique des entreprises

Publi-redactionnel

Véhicules électriques : le groupe EDF accompagne la transition énergétique des entreprises

Jean-Dominique Senard : « Renault est en train de rebondir sous la houlette de Luca de Meo malgré un contexte difficile »

Jean-Dominique Senard : « Renault est en train de rebondir sous la houlette de Luca de Meo malgré un contexte difficile »

Plus d'articles