Sécurité routière : un bilan 2021 encourageant mais un mois de décembre amer

Sécurité routière : un bilan 2021 encourageant mais un mois de décembre amer

Selon les données de l’ONISR, 3 221 personnes seraient décédées en 2021 sur les routes de France métropolitaine et d’outre-mer. Un chiffre historiquement bas – si l’on excepte l’atypique année 2020 – et inférieur de 8 % à celui de 2019. Contrairement au mois de décembre qui repart négativement à la hausse.

L’heure du bilan. Comme tous les ans, l’ONISR diffuse au 31 janvier les indicateurs principaux de l’accidentalité routière des douze mois passés. Une publication dont les résultats définitifs seront connus fin mai 2022 mais qui donnent déjà une idée précise de l’état de la sécurité routière dans l’Hexagone. D’autant que celui-ci s’inscrit dans un contexte des plus particuliers, marqué par la reprise des déplacements en 2021 toutefois atténuée par une période de confinement en avril, des couvre-feux sur l’ensemble du premier semestre et un recours au télétravail accru.

Un millier de morts de moins en dix ans

Au cours de l’année 2021, 3 221 personnes auraient ainsi perdu la vie sur les routes tricolores. C’est presque 300 victimes de moins qu’en 2019, année de référence. Ce recul de 8% par rapport à 2019 s’avère encore plus important lorsqu’on regarde dans le rétroviseur à une décennie d’écart. En 2010, ce sont 3 992 tués qui avaient été recensés, soit une évolution de 26%. Le taux de tués par million d’habitants se révèle aussi probant, se stabilisant à 44 en 2021 pour 50 en 2019 et 39 en 2020. Quant aux âges les plus touchés par cette mortalité routière sont les jeunes de 18-24 ans (94 tués par million), les seniors de 75 ans ou plus (68 tués par million) et les 25-34 ans (54 tués par million). Si chaque vie perdue est donc une tragédie, force est de reconnaître que, les années passant, le bilan de la mortalité routière régresse petit à petit.

Une tendance au repli que l’on observe aussi, dans une moindre mesure toutefois, au niveau du nombre d’accidents corporels. Ceux-ci ne baissent en effet que de 4 %, s’établissant à 53 620 en 2021. Le taux d’évolution des blessés, lui, stagne également à -5% avec 67 141 personnes concernées. Comme le signale l’ONISR, il est cependant « compliqué de distinguer ce qui finalement relève des ajustements ponctuels aux contraintes liées à la gestion de la crise sanitaire des nouvelles habitudes de vie qui pourraient avoir été prises » telles que l’adoption de la marche et du vélo pour les trajets domicile-travail ou l’institutionnalisation du télétravail.

L’usage renforcé des mobilités douces par les plus jeunes semble toutefois comporter une dramatique conséquence : l’augmentation du nombre d’enfants et d’adolescents tués. Pour preuve : 83 enfants âgés entre 0 et 13 ans et 100 adolescents sont décédés en 2021, soit respectivement 22 et 8 de plus qu’en 2019. De même, sur la période de comparaison 2021-2019, la mortalité des cyclistes se trouve également en hausse de 39 tués (+ 21%).

Décevant mois de décembre

La fin d’année 2021 se montre néanmoins plombée par un mois de décembre défavorable. Ce dernier a en effet enregistré 296 décès contre 211 en décembre 2020 (+40%) et 284 en 2019 (+4 %). Autre indicateur à la hausse, le nombre d'accidents corporels enregistrés par les forces de l'ordre s'établit à 4407 en décembre 2021, soit 635 accidents corporels de plus qu'en décembre 2020 mais 422 de moins qu’en 2019. Parallèlement, le nombre de personnes blessées s'affiche à 5518, en augmentation de +20 % par rapport à décembre 2020 (4600 blessés) mais en régression de -10 % par rapport à décembre 2019 (6137 blessés). Des résultats « semblables à la moyenne des mois de décembre des cinq dernières années avant pandémie », note l’ONISR.

Supérieure à celle de décembre 2020 mais également similaire à celle de la situation avant pandémie : la mortalité des automobilistes. Décembre 2021 a ainsi vu 173 automobilistes tués contre 111 en décembre 2020 (soit 62 tués de plus) et 150 en décembre 2019 (soit 23 tués de plus). C’est d’ailleurs hors agglomération que la route a fait le plus de victimes, avec 166 vies fauchées contre 130 en 2020 et 161 en 2019. Une nouvelle positive vient heureusement teinter d’un brin d’optimisme ce dernier rapport de la sécurité routière puisque la mortalité piétonne pour ce mois de décembre 2021 est inférieure à celle observée en décembre sur la moyenne des cinq années pré-covid.

Nous vous recommandons

Marché France : quels sont les véhicules utilitaires légers (VUL) les plus prisés depuis le début de l'année ?

Etude

Marché France : quels sont les véhicules utilitaires légers (VUL) les plus prisés depuis le début de l'année ?

Le mois dernier, seuls 24 604 véhicules utilitaires légers ont été mis à la route en France. Quels ont été les modèles les plus immatriculés ? La réponse en chiffres..Le marché des véhicules utilitaires légers n'est pas en...

05/08/2022 | Marché VULMarché France
Marché flottes : des immatriculations en forte baisse en juillet

Etude

Marché flottes : des immatriculations en forte baisse en juillet

Le marché du véhicule d'occasion chute au mois de juillet

Etude

Le marché du véhicule d'occasion chute au mois de juillet

Immatriculations de véhicules neufs : Pas d'embellie pour le marché automobile français en juillet

Etude

Immatriculations de véhicules neufs : Pas d'embellie pour le marché automobile français en juillet

Plus d'articles