Sermi : un nouvel agrément obligatoire pour les garagistes en 2023

Fabio CROCCO
Sermi : un nouvel agrément obligatoire pour les garagistes en 2023

Tous les ateliers souhaitant accéder aux informations techniques des constructeurs devront être accrédités par le Sermi.

D’ici à un an, tous les ateliers indépendants, désireux d’accéder aux informations techniques des constructeurs touchant aux organes de sécurité du véhicule, devront se faire certifier par le Sermi.

À partir d’août 2023, tous les ateliers en Europe souhaitant accéder aux informations techniques des constructeurs concernant les organes les plus sensibles des véhicules, notamment ceux liés à la sécurité, devront être accrédités en possédant une certification délivrée par le Sermi. Cette dernière est une association contrôlée par les constructeurs (ACEA) et les opérateurs indépendants (Cecra, AIRC, FIA et Figiefa).

La certification est une obligation en ligne avec le règlement européen qui accorde un accès illimité et standardisé aux informations techniques. « La législation prévoit que l'accès aux informations liées à la sécurité doit être mis à la disposition des opérateurs indépendants, mais sous la protection des normes de sécurité et des certificats de sécurité et à condition que les opérateurs indépendants et le ou les employés concernés soient agréés et autorisés à cet effet sur le sur la base de documents spécifiques et selon des exigences spécifiques », rappelle le Sermi sur son site Internet.

Le Sermi a pour objectif d'élaborer un système d'accréditation paneuropéen. Dans le principe, les salariés d’un garage multimarque qui souhaitent avoir accès aux informations techniques auront besoin d'un jeton de sécurité, d'un certificat électronique protégé par code PIN et d'une autorisation. Un employé ne sera autorisé à accéder aux informations liées à la sécurité que si son entreprise a également été approuvée.

L'opérateur indépendant qui souhaite effectuer des travaux liés à la sécurité contactera un organisme d'évaluation de la conformité qui sera lui-même accrédité et évalué par un organisme national. L’organisme d'évaluation procédera ensuite aux approbations nécessaires (pour l'entreprise) et aux autorisations (pour les salariés à titre individuel). Après notification, un « trust center » émettra des certificats et des jetons de sécurité qui seront distribués à l'opérateur indépendant par l’organisme d'évaluation.

Une fois la procédure terminée, le salarié accrédité pourra accéder aux informations de chaque constructeur avec ce certificat et cette autorisation unique. L'approbation de l'entreprise et l'autorisation des employés sont valables pour une période de 60 mois, sauf révocation pour cause d'abus.

Pour être certifié, il faudra en autre prouver que le demandeur exerce une activité commerciale liée à l’automobile et avoir un casier judiciaire vierge pour l'entreprise et l'employé. Au cours de la période de 5 ans, il y aura au moins une inspection sur place. Pour la prolongation du certificat, une inspection sur place fera partie de ce processus de prolongation.


Nous vous recommandons

Reparcar enrichit son catalogue de pièces reconditionnées

Reparcar enrichit son catalogue de pièces reconditionnées

La marketplace s'associe à Auto Casse Thiébault, déconstructeur originaire de Sens, dans le but de développer le reconditionnement des pièces de réemploi.Avec son centre Auto Pièces Sens, Auto Casse Thiébault (ACT) est l'un des plus...

BorgWarner s'empare de Rhombus Energy Solutions

BorgWarner s'empare de Rhombus Energy Solutions

Schaeffler affiche un chiffre d'affaires en hausse au premier semestre

Schaeffler affiche un chiffre d'affaires en hausse au premier semestre

Le Moove Lab poursuit sa conquête de l'Europe avec EITUM

Le Moove Lab poursuit sa conquête de l'Europe avec EITUM

Plus d'articles