Shell ouvre une deuxième station GNL près de Paris

Clotilde Gaillard

Sujets relatifs :

, ,
Shell ouvre une deuxième station GNL près de Paris

© Shell

Après une première station GNL inaugurée dans l’Ain en novembre 2020, le pétrolier vient d’en ouvrir une seconde à deux heures de la capitale. Objectif pour Shell : atteindre un total de six stations GNL en France avant la fin 2022.

Si Shell France a choisi d’établir sa seconde station de ravitaillement en gaz naturel liquéfié (GNL) sur l’axe nord-sud de l’autoroute A10, plus précisément sur l’aire de Plaines de Beauce en Eure-et-Loir, ce n’est pas par hasard. Cette implantation « est stratégiquement très importante car elle va nous permettre d’accueillir de très nombreux clients internationaux empruntant l’un des principaux axes routiers entre le nord et le sud-ouest de la France », justifie Michael Littière, responsable du développement commercial GNL France.

S’inscrivant dans l’ambition de Shell de fournir des carburants alternatifs à ses clients désireux de décarboner leurs activités de transport, cette deuxième station comprend deux pompes et trois pistes accessibles à toutes les technologies de moteur GNL. Elle est également équipée de la technologie LIN Assist qui repose sur l’utilisation d’azote liquide et assure une solution sécurisée évitant tout phénomène d’évaporation du gaz dans l’air. Opérée de manière totalement automatique, la station permet enfin le paiement grâce à la carte Shell LNG – qui donne accès à 130 stations GNL en Europe.

Six stations GNL Shell en France avant fin 2022

Plus d’un an après l’inauguration de la toute première station GNL de Shell sur l’autoroute A46 au nord de Lyon, celle érigée sur l’aire de Plaines de Beauce doit surtout amorcer l’ouverture prochaine de quatre autres afin de porter, à termes, le nombre de stations GNL Shell sur le territoire français à six d’ici à la fin de l’année 2022. L’une à Chien Blanc, le long de l’autoroute A6, devrait sortir de terre pendant l’été 2022. Celles restantes, situées à Cestas Est-Bordeaux, à Sommesous (au croisement de l’autoroute A26 reliant Calais et Troyes et de la Nationale 4 reliant Paris à Strasbourg via Nancy) et à Bonneville (le long de l’autoroute A40 et en connexion avec la Suisse et l’Italie) sont prévues pour le dernier trimestre de 2022.

« Nous poursuivons aussi le développement de notre réseau GNL aux Pays-Bas, en Belgique, en Allemagne, en Pologne, en Espagne, en Italie et en Turquie », fait savoir Michael Littière. Et puisque Shell envisage de devenir une entreprise énergétique à émissions nettes nulles d'ici 2050, l’énergéticien n’omet pas d’investir dans des solutions encore plus durables comme le bio-GNL.

Nous vous recommandons

WattAnyWhere veut mettre l’éthanol au service du véhicule électrique

WattAnyWhere veut mettre l’éthanol au service du véhicule électrique

Primée dans le cadre du concours Spring 50 de Paris-Saclay, la start-up WattAnyWhere propose une innovation qui permet d’orienter la production d’éthanol vers la charge rapide des véhicules électriques en Europe....

Un attelage Toyota, Air Liquide et CaetanoBus sur la mobilité hydrogène

Un attelage Toyota, Air Liquide et CaetanoBus sur la mobilité hydrogène

ChangeNOW Summit 2022 : le groupe Renault présente le concept-car Scénic Vision

ChangeNOW Summit 2022 : le groupe Renault présente le concept-car Scénic Vision

Comment l'autoroute se décarbone ?

Enquête

Comment l'autoroute se décarbone ?

Plus d'articles