Skoda Superb iV : une berline pleine de panache

Clotilde Gaillard

Sujets relatifs :

Skoda Superb iV : une berline pleine de panache

Skoda Superb iV : une berline pleine de panache

Le constructeur tchèque Skoda pénètre le milieu très élitiste des berlines hybrides rechargeables en remaniant sa Superb. Inaugurant le PHEV au sein de sa gamme, Skoda amorce ainsi son électrification en beauté.

Au catalogue des marques, les modèles PHEV se multiplient. Il faut dire que le plug-in hybride préfigure le meilleur compromis entre électrique et thermique, en attendant le développement massif de l’hydrogène. Désireux de ne pas être en reste dans ce domaine, Skoda propose donc une déclinaison « branchée » de sa berline Superb – dont la toute première mouture a été commercialisée en 1939. Celle-ci intègre la collection iV (prononcez « aïe vie »), qui compte aussi la nouvelle petite Citigo e. Et, comme la citadine électrique de Mlada Boleslav, elle n’hésite pas à piocher dans la banque d’organes mécaniques de Volkswagen.

Basée sur la plate-forme MQB, comme la Passat GTE, la Skoda Superb iV embarque la même dotation mécanique que sa cousine allemande. À savoir un bloc 1.4 l TSI, un moteur électrique et une batterie de 13 kWh. Ainsi pourvue, la berline déploie une puissance de 218 chevaux pour 400 Nm. Les vocalises du bolide sont toutefois maîtrisées par l’insonorisation de l’engin, qui semble léviter en silence sur des suspensions ouatées.

Excès d’orgueil ?

La Superb n’en manque justement pas, de superbe. Physiquement, seule la trappe de recharge sur la calandre, ainsi que le badge iV sur la malle arrière, permettent de la discerner face à ses précédentes générations. Grâce à un empattement de 2,84 m, les passagers profitent de trois vraies places arrière. Et, bien qu’offrant 140 litres de moins par rapport à sa précédente mouture, le coffre peut se targuer d’accueillir 485 litres de bagages. Enfin, les finitions s’avèrent toujours irréprochables et les équipements embarqués à la hauteur du prestige revendiqué, avec de petits ajouts dignes de la « tchèque-touche », tel le compartiment à parapluie.

Sobre et élégante, la Superb iV fait toutefois preuve de vanité quant à ses performances en matière d’autonomie, prétendant atteindre 55 kilomètres tandis que, dans les faits, c’est un peu moins (retranchez une dizaine de kilomètres environ). La faute, sans doute, à une légère surcharge pondérale : 1 730 kg sur la balance, soit 200 de plus que le modèle essence équivalent. Certes, cela n’empêche pas les accélérations vigoureuses en mode « Sport », bien qu’on sente la berline familiale frustrée sur les routes des villes, pour lesquelles elle semble faite. Mais son excédent donne l’impression que le système de freinage est sous-dimensionné pour sa taille, forçant à anticiper chaque virage.

Pour autant, la Skoda Superb iV ouvre son catalogue à 44 000 euros en finition Style et même à 40 600 euros en version Business. De quoi minauder auprès des entreprises, clairement visées par cette superbe créature hybride, à la consommation frugale et peu onéreuse en TVS.

Nous vous recommandons

Les tarifs des péages autoroutiers augmenteront de 4,75 % en 2023

Les tarifs des péages autoroutiers augmenteront de 4,75 % en 2023

Indexés sur l'inflation, les tarifs des péages vont naturellement augmenter en 2023. Dès le 1er février, la facture acquittée par des véhicules particuliers sera plus lourde d'environ 5 %.Le couperet est tombé. Comme chaque année,...

02/12/2022 | PéagesAutoroute
La voiture sera-t-elle avant tout un service numérique ?

La voiture sera-t-elle avant tout un service numérique ?

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Abonnement automobile : Citroën devient la première marque de Stellantis à se lancer

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Volkswagen domine le marché de l'électrique en Europe au mois d'octobre

Plus d'articles