Dossier

Sport automobile : un laboratoire d’idées pour les véhicules de demain

Sport automobile : un laboratoire d’idées pour les véhicules de demain

DS Automobiles a été l’un des premiers constructeurs à s’engager en Formule E avec DS Performance. La division compétition de DS pousse aujourd’hui son implication dans la réduction de son impact environnemental en s’engageant dans le processus d’obtention de l’accréditation environnementale 3 étoiles.

© Dppi Production

Les compétitions figurent depuis longtemps comme des pionnières en termes d’innovation pour l’industrie automobile. L’étroite proximité existant entre ces deux domaines permet en effet aux constructeurs de tirer profit des avancées techniques et technologiques réalisées sur circuit en les transposant, ensuite, sur leurs véhicules de série.

La première course automobile a été organisée le 22 juillet 1894. Elle reliait alors Paris à Rouen et comptait une vingtaine de concurrents en lice. Elle fut l’occasion de tester des carrosseries aérodynamiques et des motorisations alternatives, voire surpuissantes (pour l’époque). C’est ainsi qu’en 1899, lors d’une course de vitesse, « La Jamais Contente » dépassa les 105 km/h avec son faciès de torpille et son moteur... électrique ! Une démarche qui se retrouve désormais dans le cadre des Supercars et même Hypercars qui cherchent à repousser les limites du possible en termes de conception. À partir des années 2000, les performances en matière de vélocité ont toutefois fait place à des ambitions plus raisonnées.

Accusé de favoriser la pollution et les rejets de CO2 en usant la gomme sur l’asphalte des circuits, le sport automobile a donc revu sa copie en faisant de l’écologie une composante majeure à prendre en compte. Sur les stands comme au sein des gammes produits des constructeurs concernés. Puisqu’il est dorénavant fréquent de trouver, au sein des écuries, un département R&D dédié à l’application de ces innovations vers des véhicules dits de tourisme, les retours d’expérience du monde de la course automobile bénéficient à présent au grand public.

Le sport auto, moteur de progrès

Par cette capacité à exploiter l’ingénierie du sport automobile, les marques ont en effet pu combler le fossé entre un besoin immédiat de technologies éprouvées, des prototypages spécialisés et la commercialisation de masse de solutions à faibles émissions de carbone. En témoignent les quatre roues motrices ou encore la suspension active qui s’intègrent maintenant dans les véhicules du quotidien. Pour cause : « Le sport automobile est un univers où chacun des acteurs cherche en permanence à se dépasser, à innover pour être le meilleur. Cet état d’esprit irrigue dans toute la marque, même dans les équipes qui ne sont pas directement engagées en compétition », fait valoir Robert Bonetto. Le directeur de l’ingénierie chez Alpine Cars décrit d’ailleurs le processus de travail en vigueur au sein du constructeur : « Nous avons des points métiers réguliers dans les domaines des matériaux, de l’aérodynamique par exemple, entre les équipes F1 et l’ingénierie des voitures de route pour identifier les solutions qui pourraient le plus facilement être transposées. Cela génère des idées intéressantes et une saine émulation ! »

Piloter les nouvelles mobilités

Parce que le sport automobile demande d’injecter de fortes sommes d’argent dans le développement de technologies gagnantes, voire révolutionnaires, les constructeurs ont tout intérêt à rentabiliser ces investissements en les transposant sur leurs chaînes de production de véhicules de série. C’est en tout cas ce qu’approuve Jean-Éric Vergne, pilote de DS Techeetah dans l’ABB FIA Formula E Championship. Pour lui, « le sport automobile a toujours été un laboratoire pour les nouvelles technologies. Cela a commencé avec les freins à disque ou la ceinture de sécurité et se poursuit en Formule E, secteur qui induit les technologies électriques du futur, en adéquation avec les stratégies des constructeurs. »

Dans cette optique, Jean-Éric Vergne s’est largement impliqué dans la conception de l’application DS Energy Coach qui permet au conducteur d’apprendre à optimiser la récupération d’énergie lors des phases de freinage. Disponible depuis l’écran central des derniers modèles de DS, notamment la berline DS 9, cet outil contribue de ce fait à améliorer les performances énergétiques du véhicule, comme sur les pistes de Formule E. « La différence entre un bon pilote et un pilote qui ne gagne pas de course c’est la compréhension de la gestion de l’énergie. J’ai donc eu envie de mettre ma connaissance au service des utilisateurs DS pour leur donner une meilleure compréhension de leur véhicule et les aider à prendre plus de plaisir au volant tout en ayant un impact positif sur l’autonomie des batteries », justifie Jean-Éric Vergne.

Prendre le virage de l'exploitation des données

En moyenne, une voiture de sport est équipée de plus de 200 capteurs télémétriques permettant de recueillir de précieuses données de course. Celles-ci seront ensuite décortiquées dans les usines des marques afin d’obtenir des informations capitales sur la performance des véhicules mais aussi les axes d’amélioration envisageables concernant le déploiement des logiciels et des biais de communications électroniques. De ce fait, « chez Alpine, nous utilisons ces solutions d’analyse de données basées sur l’IA pour renforcer le développement de nos voitures électriques en vue de les rendre encore plus fiables et permettre à nos clients, demain, de personnaliser davantage ces véhicules aux différents usages », déclare le directeur de l’ingénierie d’Alpine Cars.

La technologie électronique employée dans le sport automobile entend également influer sur le fonctionnement des véhicules autonomes qui nécessitent l’examen en temps réel de plusieurs centaines de données par seconde. Et bien que « ces innovations pourront demander un peu de temps pour être adaptées à nos voitures de route, les principes physiques de base sont les mêmes », affirme Robert Bonetto.

Retrouvez l'intégralité de ce dossier dans le numéro 278 du magazine L'Automobile & L'Entreprise

Nous vous recommandons

Mazda envisage d’arrêter de produire des voitures en Russie

Mazda envisage d’arrêter de produire des voitures en Russie

Comme de nombreux constructeurs automobiles, Mazda est fragilisée sur le marché russe depuis le début de l’invasion de l’Ukraine. Dès lors, le constructeur étudie l’hypothèse de la fin de la production de son usine située à...

26/09/2022 | UsineEconomie
Toyota quitte la Russie

Toyota quitte la Russie

Hopium va produire sa voiture à hydrogène en France

Hopium va produire sa voiture à hydrogène en France

Arval crée une direction des solutions de mobilité

Nomination

Arval crée une direction des solutions de mobilité

Plus d'articles