Stellantis s’intéresse au rétrofit électrique des VUL

Stellantis s’intéresse au rétrofit électrique des VUL

Si les retours s'avèrent positifs, la commercialisation de la solution devrait intervenir à partir de 2024 en France.

© Stellantis/Qinomic

En signant un partenariat stratégique avec l’entreprise high-tech française Qinomic, Stellantis se lance dans le développement d’une solution de conversion des véhicules utilitaires légers à la technologie électrique.

Après le constructeur tricolore Renault, déjà embarqué dans la course au rétrofit avec Tolv (ex-Phoenix Mobility), c’est au tour du groupe automobile Stellantis de prendre le train de l’innovation en marche pour prolonger la durée de vie et l’utilisation des VUL de ses marques. Pour répondre aux besoins en rétrofit exprimés par certains professionnels coincés entre l’attente de la livraison de véhicules commandés et la mise en place des zones à faibles émissions (ZFE), Stellantis a ainsi conclu une collaboration avec la société spécialisée dans les solutions de mobilité durable, Qinomic.

S’inscrivant dans le cadre du plan stratégique Dare Forward 2030 du groupe automobile, qui ambitionne un bilan carbone net zéro d’ici à 2038, ce projet rétrofit se place également au cœur de la Circular Economy Business Unit de Stellantis, qui pilote l’initiative en collaboration avec la Commercial Vehicle Business Unit et le Stellantis Ventures Studio. L’objectif affiché, lui, prévoit de garantir le remplacement d’un ancien moteur à combustion par des modèles à chaîne de traction électrique. Et ce en maintenant la qualité et la conformité aux cahiers des charges du constructeur en termes de sécurité, de durabilité et d’homologation.

Une solution qui cible les professionnels avant tout

Comme l’indique en toute transparence Xavier Peugeot, à la tête de la division des véhicules utilitaires du groupe, « la technologie du rétrofit renforcera le leadership de Stellantis dans les solutions de mobilité zéro émission pour la clientèle professionnelle, en complétant notre gamme de fourgons électrifiés. » Les flottes sont donc visées en priorité, comme le confirme Alison Jones, aux commandes de la Circular Economy Business Unit. « Cette innovation donne à nos clients professionnels la possibilité de convertir leurs fourgons actuels à l’électrique et de répondre aux exigences légales et aux besoins de mobilité », notamment au sein des ZFE de plus en plus nombreuses. Si les retours sur ce développement conjoint s’avèrent donc positifs d’ici à la fin de l’année 2023, la commercialisation de la solution rétrofitée sera donc lancée à partir de 2024 en France.

Nous vous recommandons

Toosla sécurise ses approvisionnements de véhicules pour 2023

Toosla sécurise ses approvisionnements de véhicules pour 2023

Malgré les problèmes de production et de livraison des constructeurs automobiles, le spécialiste de la location de courte durée Toosla annonce avoir assuré le doublement de sa flotte en 2023. Elle atteindra un pic de 1 200 véhicules...

Le réseau Mazda a signé les objectifs de ventes 2023 de la marque

Le réseau Mazda a signé les objectifs de ventes 2023 de la marque

Jeep lance la production de l'Avenger, voiture européenne de l'année

Jeep lance la production de l'Avenger, voiture européenne de l'année

En vue de l'intégration de LeasePlan, ALD Automotive renforce son conseil d’administration

Nomination

En vue de l'intégration de LeasePlan, ALD Automotive renforce son conseil d’administration

Plus d'articles