Stéphane Magnin, Suzuki France : « Nous avons une relation dépassionnée avec notre réseau »

Christophe CARIGNANO
Stéphane Magnin, Suzuki France : « Nous avons une relation dépassionnée avec notre réseau »

Suzuki a remporté la Cote d'amour des constructeurs 2021.

© Auto Infos

Grand gagnant de la Cote d’amour des constructeurs 2021, Stéphane Magnin, directeur de l'activité automobile de Suzuki France, revient sur la simplicité de la relation avec son réseau. Une relation contractuelle basée sur la confiance et la proximité avec chacun des distributeurs. Un avantage indéniable dans ce contexte de crise anxiogène pour l’ensemble de la filière automobile.

Auto Infos : Quels sont les résultats de la marque Suzuki sur les onze premiers mois de l’année ?
Stéphane Magnin : Malgré les problèmes de production et la crise des semi-conducteurs, les résultats sont encourageants. Nous conservons notre part de marché autour de 1,4 %, ce qui nous amène autour des 21 000 immatriculations VP et 2 500 VU. Nous avons livré cette année près de 23 000 véhicules. Nous sommes sur un trend de 25 000 en 2021, ce qui est un résultat correct dans cette période d’incertitude.

A. I. : Quelles sont les conséquences de la crise des semi-conducteurs sur les livraisons ?
S. M. : Dans les usines japonaises, nous avons des arrêts de production sur l’Ignis et la Swift, qui représentent près de 60 % de nos ventes. Depuis le mois de juin, la production est fortement perturbée, notamment cet été (moins de 50 % de la production prévue). Nous rencontrerons cette même problématique au cours du premier trimestre 2022. Heureusement, nous avions un peu de stock chez les, ce qui a permis de pallier ce défaut de production. Nous sommes un peu plus dans le dur depuis le mois de novembre dernier dans la mesure où les effets sur la logistique ont un décalage de trois mois par rapport à la France.

A. I. : Comment imaginez-vous la suite de cette crise ?
S. M. : Nous anticipons un premier trimestre 2022 plus difficile que prévu. C’est un peu frustrant car nous enregistrons une forte demande sur ces véhicules électrifiés et hybrides. Nos délais de livraison se rallongent entre six et sept mois pour des voitures qui ne sont pas en stock. Pour l’instant, nous n’avons pas de date de fin à cette crise. L’idée est de flécher les productions par pays suivant les portefeuilles de chacun. Ensuite, les usines de Hongrie sont pénalisées car les équipements arrivent par bateau. La production des SUV et du S-Cross devrait se résorber en début d’année dans cette région.

A. I. : Suzuki remporte pour la première fois la Cote d’amour des constructeurs. Comment expliquez-vous cette performance ?
S. M. : Nous sommes heureux de cet indice de satisfaction de la part de nos distributeurs. Nous avons une relation dépassionnée avec le réseau. C’est à la fois un partenariat et de la proximité. Notre équipe est restreinte au siège, ce qui nous oblige à faire des politiques simples que l’on puisse suivre. C’est exactement ce qui est salué dans les notes de cette étude. On peut citer encore l’attractivité de la gamme à travers l’électrification. Notre réseau est stable, il est également rentable. On laisse les distributeurs exercer leur métier tout en n’étant pas trop intrusifs et en mesurant les performances de chacun. Nous n’allons pas sanctionner un vendeur parce qu’il n’a pas posé telle question, par exemple, à travers une enquête mystère. Chacun travaille avec sa propre sensibilité. Cette liberté d’action dans un carcan qui n’est pas trop étroit est importante. Nos critères d’exposition avec 250 m2 de showrooms sont simples également. Une fois ou deux par an, nous formons les forces de vente dans un esprit familial avec une notion d’appartenance à la marque Suzuki Family qui est assez forte. Notre rémunération est simple également avec une marge sur facture et des primes d’objectifs, rien de plus.

A. I. : Les distributeurs déclarent aussi qu’avec Suzuki c’est simple : le contrat fait une page contre plusieurs dizaines chez les autres marques.
S. M. : Au niveau de nos offres commerciales, cela tient en une page pour les ventes B to B et une autre pour les particuliers. Nous tenons beaucoup à avoir une politique commerciale plus lisible.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Stéphane Magnin dans le numéro 1415 d'Autos Infos.

Nous vous recommandons

Kia réorganise sa direction commerciale

Kia réorganise sa direction commerciale

Kia vient de nommer Fabrice Martin Blas au poste de directeur commercial. Il succède à Guillaume de Boudemange, parti prendre la direction de la marque Jeep pour la France au sein de Stellantis.Kia France vient de trouver le successeur de...

Véhicules d’occasion : WeYouCar veut se développer

Véhicules d’occasion : WeYouCar veut se développer

BMW distingué pour sa relation clients

BMW distingué pour sa relation clients

Les SUV Volvo C40 Recharge et XC40 évoluent

Les SUV Volvo C40 Recharge et XC40 évoluent

Plus d'articles