Sur fond de crises, la filière camion salue la reconnaissance du B100 comme Crit’Air 1

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

,
Sur fond de crises, la filière camion salue la reconnaissance du B100 comme Crit’Air 1

La filière se réjouit de la publication au Journal officiel de l’éligibilité à la vignette Crit’Air 1 des véhicules roulant exclusivement au B100, leur ouvrant ainsi les portes des ZFE.

Plombées par les effets de la crise sanitaire et de la guerre en Ukraine, les ventes de camions sont au ralenti malgré des carnets de commandes au plus haut. Une situation préoccupante que la reconnaissance des camions roulant au B100 comme Crit’Air 1 vient quelque peu atténuer.

Si le marché du véhicule industriel de plus de 5 tonnes a progressé de 6 % en 2021 par rapport à 2020, il peine à retrouver sa dynamique des bonnes années 2018 et 2019. Les crises mondiales que l’on connaît, et les pénuries qui vont avec, plombent les immatriculations qui, sur ce premier trimestre 2022, sont dans la tendance de 2021 : 11 731 unités pour 11 679 l’an dernier à la même période. Le segment des porteurs recule de 14 % par manque de châssis, celui des tracteurs progresse d’autant.

Si le niveau de commandes est élevé et ne s’essouffle pas, c’est bien au niveau de la production que ça grippe. Une situation inédite pour les constructeurs. Les délais de livraison restent toujours entre 6 et 12 mois selon les marques qui, face à l’inflation, ont relevé les prix de leurs véhicules. Si cela ne conduit pas encore à des annulations de commandes, la situation pourrait toutefois amener à revoir les conditions d’achat de la part des transporteurs.

En dépit de cette conjoncture difficile, qui pour l’instant ne semble pas conduire à une situation économique catastrophique chez les constructeurs, la filière se réjouit de la publication au Journal officiel le 18 avril dernier de l’éligibilité à la vignette Crit’Air 1 des véhicules roulant exclusivement au B100, leur ouvrant ainsi les portes des ZFE. Elle souhaite voir ce sésame étendu également aux véhicules fonctionnant exclusivement avec des bio-carburants de deuxième génération type HVO. La guerre ukrainienne et le difficile accès au gaz détourne l’intérêt porté un temps sur cette énergie. Un coup dur pour Iveco qui observe une baisse de ses ventes en longue distance et qui réclame au gouvernement « une égalité de traitement ».

En attendant l’électrique, les bio-carburants sont perçus par une majorité de constructeurs comme la solution transitoire de bon sens sur le chemin de transition énergétique alors que 90 % du parc roulant sera encore thermique en 2030.

« Je salue cette avancée qui reconnaît l'aspect vertueux des biocarburants par opposition aux énergies fossiles. Il fait sens de favoriser l'utilisation de biocarburants par rapport aux énergies fossiles. MAN espère que cette reconnaissance du B100 exclusif est une première étape et que cela sera généralisé à l'ensemble des biocarburants en usage exclusif », réagit Jean-Yves Kerbrat, directeur général de MAN Truck & Bus France.

En quatre ans, la filière de la production de ces bio-carburants s’est considérablement développée. Selon MAN, en 2025, 50 000 camions en circulation en France pourraient rouler au B100. La production et la distribution de ce carburant vert ne serait pas un problème.

Renault Truck en avance

Aujourd’hui, en France, plus de 2 000 camions Renault Trucks roulent déjà au B100. En après-vente, des opérations de rétrofit peuvent être réalisées sur des véhicules à partir d’Euro VI step D, dans le réseau Renault Trucks grâce à des kits de conversion. Dès cet été, le dispositif B100 exclusif sera proposé sur les véhicules d’occasion Renault Trucks. « Cette offre, que seul le constructeur français est à même de proposer, sera disponible sur les moteurs 13 litres Euro VI step D de 2019 », indique le constructeur.

Les professionnels du transport qui se dotent d’un camion B100 exclusif neuf peuvent également bénéficier du suramortissement. Selon les modèles, ce suramortissement représente entre 40 et 60 % du coût d’acquisition du véhicule (châssis et carrosserie).

Malgré cette ouverture aux ZFE des camions roulants exclusivement au B100, la filière demande au gouvernement une révision du calendrier de mise en route de ces zones à faibles émissions et une harmonisation des modalités d’application d’une agglomération à l’autre mais aussi d’un pays à l’autre, ceci afin de faciliter la vie aux transporteurs qui couvrent plusieurs villes et plusieurs pays.

Nous vous recommandons

Volvo Trucks introduit de l'acier sans énergie fossile dans ses camions électriques

Volvo Trucks introduit de l'acier sans énergie fossile dans ses camions électriques

Volvo Trucks devient le premier constructeur à utiliser de l'acier sans énergie fossile dans ses poids lourds.Les poids lourds électriques de la marque Volvo Trucks seront les premiers à utiliser de l'acier sans énergie fossile, produit...

25/05/2022 | Environnement
Kuehne+Nagel noue un partenariat avec Adidas

Kuehne+Nagel noue un partenariat avec Adidas

Un attelage Toyota, Air Liquide et CaetanoBus sur la mobilité hydrogène

Un attelage Toyota, Air Liquide et CaetanoBus sur la mobilité hydrogène

Daimler Truck AG devient partenaire de Manz pour la production et l'assemblage de batteries lithium-ion

Daimler Truck AG devient partenaire de Manz pour la production et l'assemblage de batteries lithium-ion

Plus d'articles