Sylvain Coursimault : « Le break Jogger coche toutes les cases du pacte Dacia »

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Sujets relatifs :

, ,
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Sylvain Coursimault : « Le break Jogger coche toutes les cases du pacte Dacia »

Avec le break Jogger, Dacia s'offre un complément de gamme, mais le modèle n'entrera pas son top 3 des ventes (Sandero, Duster et Spring en 2022).

© AG

Le break Dacia Jogger sera officiellement lancé lors des Opérations portes ouvertes du réseau du 12 et 13 mars 2022. Il vient compléter une gamme intégralement renouvelée ces derniers mois en reprenant la recette du succès de Dacia, comme nous l’explique Sylvain Coursimault, directeur marketing France de la marque.

En marge de la présentation du break Jogger, nous avons rencontré Sylvain Coursimault, directeur du marketing de Dacia France.

Alors que la silhouette du break n’a plus vraiment le vent en poupe, qu’est-ce qui a motivé Dacia à lancer le Jogger ?

Le Jogger vient compléter une gamme qui a été totalement renouvelée en 14 mois et qui est donc la plus jeune du marché. Par ailleurs, par rapport à l’orientation de votre question, on peut rappeler que le segment C, dans le G5 européen incluant encore le Royaume-Uni, représente 38,8% du mix. Le C-SUV est naturellement dominant, mais le C Sedan & Hatchback fait valoir une part non négligeable de plus de 30%. Il y a donc des clients et nous allons nous adresser à eux avec une proposition ancrée dans l’ADN de Dacia, focalisé sur ce qui est essentiel, sans nous interdire de séduire avec ce look un brin baroudeur et une large gamme d’accessoires à la fois nature et lifestyle.

Quels types de clients comptez-vous séduire ?

Avec nos concessionnaires, nous savons que nous avons une base de clients auxquels nous pouvons proposer un renouvellement, ce sera un premier axe de travail important, en leur proposant une nouvelle alternative, avec un véhicule vaste et modulaire qui respecte la promesse de Dacia à la lettre, à savoir que son rapport prestations-prix n’a pas d’équivalent sur le marché. Ce ne sont pas des paroles en l’air et quand vous regardez les valeurs résiduelles des derniers modèles de la marque, vous constatez que nous sommes à plus de 15 points au-dessus ce ceux qui sont présentés comme nos concurrents, c’est considérable ! Au niveau de la clientèle, nous comptons aussi récupérer une partie de la clientèle des anciens monospaces, aujourd’hui anciens ou vieillissants. Sans oublier le spectre d’une large clientèle familiale ayant un besoin régulier ou ponctuel de 7 places.

"En France, le mix sera dominé par la finition SL Extrême, à partir de 17700 euros"

En attendant l’hybride en 2023, vous avez fait le choix de faire l’impasse sur diesel. Sans aucune hésitation ?

C’est une décision mûrement réfléchie et adaptée aux réglementations européennes. Ainsi, le diesel sera proposé sur d’autres marchés, au Maghreb, par exemple. Pour le marché français, c’est le GPL qui remplace le diesel, surtout qu’il octroie une vignette Crit’Air 1. 30% des ventes de Dacia se font en GPL sur notre marché domestique, 40% pour Sandero et 20% pour Duster, c’est très significatif. Et sur les premières commandes du Jogger, ouvertes depuis décembre 2021, le GPL pèse 60% du mix. Et comme vous l’indiquez, dès 2023, nous proposerons une version hybride, dérivée de la solution éprouvée sur la Clio, accompagnée d’une boîte de vitesse automatique. Nous n’aurons pas d’hybride rechargeable à ce stade, car nous ne pourrions alors plus proposer les tarifs attractifs qui sont une composante essentielle du pacte Dacia. Je rappelle que le véhicule est positionné sous les 15000 euros en entrée de gamme, même si le mix sera dominé en France par la finition SL Extrême, proposée à partir de 17700 euros.

Pour conclure, Dacia a-t-il aussi des problèmes de délais de livraison avec cette pénurie de composants électroniques qui pénalise l’ensemble des constructeurs ?

Nous n’échappons pas à ce problème qui frappe effectivement l’ensemble des constructeurs. Toutefois, sans doute parce que notre positionnement induit un moindre recours aux composants électroniques, les délais de livraison restent raisonnables et explicables aux clients. Pour un Jogger, il faut compte sur 3 à 4 mois de délai de livraison par exemple.

Nous vous recommandons

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement annonce le lancement de « Rebond Industriel ». Ce dispositif a pour but d'accompagner les territoires concernés par les transformations de la filière automobile.Le ministre de l'Économie des finances de la souveraineté...

Auto Infos vous souhaite de bonnes vacances !

Auto Infos vous souhaite de bonnes vacances !

Jean Lain Mobilités s’empare des mobilités urbaines

Reportage

Jean Lain Mobilités s’empare des mobilités urbaines

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

Plus d'articles