Entretien

Tesla France : la puissance de l'hybride

Tesla France : la puissance de l'hybride

Tesla France : la puissance de l'hybride

Pour assurer la commercialisation de ses véhicules en France, Tesla a choisi une stratégie multicanale associant succursales et vente en ligne. Un schéma dupliqué concernant les prestations d’après-vente.

Créé en 2003 dans la Silicon Valley par le duo formé par Martin Eberhard et Marc Tarpenning, le constructeur américain Tesla a connu un développement particulièrement rapide… grâce notamment à l’apport en capitaux d’un certain Elon Musk devenu, quelques années plus tard, président de l’entreprise puis président-directeur-général. C’est d’ailleurs sous sa présidence qu’est né le premier modèle de la marque : le Roadster. Un petit cabriolet capable d’abattre le 0 à 100 km/h en 3,9 secondes grâce à son moteur de 215 kW (292 ch) et doté d’une autonomie d’un peu plus de 350 kilomètres.

Présent sur le sol français depuis 2010, le constructeur américain a su s’imposer dans le paysage automobile national au fil des ans et de l’évolution de sa gamme. Ainsi selon nos données, l’an passé, 7 373 Tesla ont été immatriculées en France dont 3 260 en flottes. Une belle performance liée au succès de la petite Model 3 – véhicule le plus accessible de la gamme – dont les ventes ont atteint 6 477 unités. Sur les cinq premiers mois de l’année 2021, Tesla a déjà largement dépassé ses volumes de l’année 2020. On dénombre en effet la mise à la route de 8 110 véhicules neufs dont près de 2 000 en flottes.

Pour commercialiser ses véhicules sur le territoire, la marque mise sur une stratégie multicanale associant vente en ligne et transactions physiques au sein de ses succursales et non de concessions, comme cela peut être le cas pour ses concurrents.

Formats variés

Après l’ouverture des sites de Lille et Strasbourg en 2020, Tesla a inauguré début 2021, trois nouveaux points de vente à Chambéry, Montpellier et Mulhouse. En plus de son quartier général à Chambourcy (siège social de la marque et succursale), dix-huit établissements accueillent désormais les clients en France. Des sites à la configuration variée en fonction de leur lieu d’implantation.

Dans les milieux très urbains, Tesla mise davantage sur de petits “corners” que sur de véritables showrooms, grands consommateurs de foncier. Exemple à Paris où la boutique de la place de la Madeleine sert de vitrine à la marque. Avec 250 mètres carrés disponibles, seuls un ou deux modèles peuvent y être exposé. À l’intérieur, un espace a été aménagé afin de découvrir plus en détails les véhicules (coloris disponibles, jantes, garnitures, accessoires, etc.) tandis qu’ordinateurs et tablettes sont à disposition pour parfaire la connaissance du modèle convoité ou le configurer en ligne.

Tesla France a également fait le choix d’être présent au sein de centres commerciaux. En région parisienne, la marque dispose ainsi d’une boutique au sein des centres Westfield Vélizy 2 et Parly 2. Là encore, la découverte des véhicules est possible de manière traditionnelle et complétée par un dispositif numérique. Des essais sont également proposés aux prospects. En revanche, les prestations d’après-vente ne peuvent être réalisées.

Commandes mobiles

« Chez Tesla, l’expérience d’achat est différente de chez n’importe quel autre concessionnaire automobile. Tous nos clients font l’acquisition de leur véhicule en ligne, que ce soit dans le confort de leur domicile ou aidés par un conseiller Tesla au téléphone ou en boutique. Tous les prix sont fixes, il n’y a donc pas de longues et fastidieuses négociations à avoir avant de finaliser sa commande », rappelle le constructeur américain. Selon la marque, « les trois-quarts des clients ont passé commande depuis leur domicile car cela ne prend qu’une minute » . En France, un-cinquième des clients auraient même effectué leur achat « depuis leurs mobiles ou leurs tablettes ».

Le site web du constructeur est pensé comme une boutique en ligne : il est possible de configurer son véhicule sur-mesure comme de piocher parmi le stock de véhicules disponibles, gage d’une livraison plus rapide. Dans tous les cas, les tarifs sont présentés au comptant ou sous la forme d’une mensualité (LOA 60 mois/10 000 kilomètres annuels). Le client procède au versement de frais de réservation tandis que le paiement du prix total du véhicule sera exigé sept jours avant la date de livraison prévue. « Les données relatives aux habitudes d’achat en Europe ont révélé que 16 heures est l’heure à laquelle les propriétaires de Tesla ont le plus fréquemment acheté leur voiture, avec un créneau très chargé entre 15 et 18 heures. Le mardi est le jour le plus populaire, suivi de près par le mercredi », s’amuse Tesla dans un communiqué.

Patrouilleurs après-vente

« Afin de servir au mieux le demi-million de nouveaux propriétaires ayant fait l’acquisition de leur véhicule en 2020, Tesla a investi massivement dans son réseau d’après-vente. En Europe, le nombre de centres Tesla a ainsi augmenté de 30 % l’année dernière, permettant d’offrir 99 % de créneaux d’intervention disponibles en plus et de réduire de 54 % le temps d’attente pour obtenir un rendez-vous », nous indique la marque.

L’entretien d’une Model 3, d’une Model S ou d’un Model X peut donc être réalisé dans les succursales, au sein de l’un des « Centre de Service ». En utilisant un outil de diagnostic à distance, les équipes « gagnent un temps précieux pour anticiper l’intervention ». Pendant les opérations, les conducteurs ont la possibilité d’accéder à un espace dédié, avec connexion Wi-Fi, pour travailler sur place ou patienter. « Tesla peut également attribuer gratuitement des bons de VTC, leur permettant de se rendre à un rendez-vous professionnel ou effectuer des achats ».

Le constructeur propose également un service d’assistance et d’entretien mobile baptisé « Service Mobile ». « Pour offrir une expérience pratique aux clients et leur éviter de se déplacer, Tesla investit depuis plusieurs années dans une flotte de techniciens mobiles. Spécialement formés et principalement dotés de Model S réaménagées, ces techniciens peuvent se rendre sur le lieu le plus pratique pour le propriétaire et réaliser 80 % des opérations de maintenance ».

Article publié dans le n°267 (juillet 2021) de L’Automobile & L’Entreprise

Nous vous recommandons

Avec Stella Vita, Mobilize envisage une « voiture à vivre » solaire

Avec Stella Vita, Mobilize envisage une « voiture à vivre » solaire

Le prototype de véhicule avec panneaux photovoltaïques imaginé par les étudiants de l’Université technologique d’Eindhoven Solar Team a retenu l’attention de Renault Group au travers de sa marque dédiée aux nouvelles mobilités,...

Saint-Gobain s’occupera des vitrages de la Machina d’Hopium

Saint-Gobain s’occupera des vitrages de la Machina d’Hopium

Volvo Cars entrera en Bourse fin octobre

Volvo Cars entrera en Bourse fin octobre

Mauvaise nouvelle pour Maserati

Mauvaise nouvelle pour Maserati

Plus d'articles