Test : Vidanger, nettoyer et remplir les BVA avec Bardahl

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

, ,
Test : Vidanger, nettoyer et remplir les BVA avec Bardahl

Le spécialiste des additifs moteur propose une machine de vidange des boîtes automatiques riche en automatismes et en fonctionnalités. Cette station ATF permet un travail dans les règles du constructeur.

Approuvé - recommandé

Il aura suffi d’une démonstration par le fabricant pour s’en convaincre : la machine ATF de nettoyage et de vidange des boîtes de vitesses automatiques (BVA) de Bardahl s’avère particulièrement efficace et bien pensée. Sa force réside dans sa simplicité d’utilisation et dans ses automatismes. Elle permet la vidange de tous les types de BVA (12 000 modèles de véhicules). Cette station est pour le garagiste la garantie d’un travail bien fait avec l’assurance de suivre les méthodes du constructeur, en particulier en ce qui concerne les BVA les plus modernes, pilotées électroniquement. « À 9 000 euros la boîte, on n'a pas intérêt de se tromper lors de la vidange », lâche Guillaume Fèvre, gérant du garage Mécanéco, qui a testé la machine pour Décision Atelier. Chaque semaine, il reçoit au moins une demande de vidange de boîte à laquelle il n’est pas encore en mesure de répondre, faute de posséder un équipement adapté. Il voit en la machine ATF la solution idéale, mais coûteuse. Il faut compter en effet plus de 6 000 euros pour acquérir la machine qui cependant peut être très vite amortie, en une quinzaine d’opérations.

Polyvalente et automatique

La machine ATF se présente comme une servante sur roulette. Elle possède à sa base deux bidons. Le premier contient l’huile neuve. Le second, l’huile usagée. Ils reposent sur des balances servant à vérifier les quantités d’huile manipulées. Sur le côté, deux longs tuyaux permettent le raccordement vers la boîte. Sur le haut : deux tiroirs contiennent l’ensemble des 40 raccords nécessaires. Enfin, la machine est pourvue d’une tablette tactile numérique de pilotage pour une communication sans fil.

Avant l’opération, il est nécessaire de faire un diagnostic électronique de la BVA pour s’assurer qu’il n’y a pas de codes défauts. Ce que ne permet pas encore la station ATF. La vidange commence par une identification du véhicule (ou de son type de boîte) via la tablette et son logiciel dédié Auto DB. Une fois le véhicule sélectionné, le logiciel renseigne sur le type et la quantité d’huile qu’il faut utiliser. Il donne même la référence du filtre à changer si besoin. Mais le plus remarquable : la machine indique la marche à suivre. Elle indique où se raccorder sur l’organe et quels raccords utiliser. Elle détecte automatiquement le sens du fluide et s’adapte. Une erreur de raccordement entre entrée et sortie du fluide est impossible. Une fois la machine raccordée sur la boîte, la procédure peut démarrer. Elle est automatique, semi-automatique ou totalement manuelle, au choix de l’opérateur. Lors de l’opération, un ensemble d’instruments s’affichent sur la tablette pour contrôler le déroulement. On peut visualiser les pressions, les températures, le temps restant ainsi que les quantités d’huile injectées et récupérées. « Récupérer trop d’huile indique qu’une précédente vidange n’a pas respecté la préconisation de constructeur, ce qui n’est pas bon pour la boîte », fait remarquer Guillaume Fèvre. S’il y a des opérations spécifiques à effectuer, comme, par exemple, un changement de position du sélecteur de vitesse, l’opérateur est guidé pas à pas, aidé en cela par des photos. Afin de vérifier la qualité du nettoyage de la boîte, deux fenêtres permettent d’examiner visuellement la couleur de l’huile. Le nettoyage s’opère en partie par de l’huile neuve. Sa coloration brune indique son souillage et donc un bon nettoyage.

Un équipement de plus en plus indispensable

Notre test a été réalisé sur un Volkswagen Touareg à transmission intégrale de 224 000 km (boîte DSG). Il a pris 3 heures avec le changement de filtre de la crépine. Douze litres d’huile ont été remplacés. La totalité. Le plus de la station : sa capacité à remplacer 100 % de l’huile usagée, une opération impossible par gravité où plus de la moitié de l’huile reste bloquée dans les cavités de la boîte. « Sans la machine ATF nous n’aurions pas été en mesure de vidanger ce type de boîte électronique très sophistiquée. Faire la vidange manuellement nous aurait conduit à remplacer seulement 4 litres sur les 12. Supprimer l’ensemble de l’huile nous aurait demandé de faire trois fois l’opération et consommer 30 litres d’huile neuve. La machine Bardahl aspire d’un trait l’ensemble de l’huile sale », explique le garagiste. Ce qui a aussi séduit le réparateur : le fait que la machine soit en mesure de filtrer l’huile usagé afin qu’elle soit utilisée pour faire un pré-rinçage de la boîte. Il aura fallu au total utiliser 15 litres d’huile pour réaliser la vidange de la boîte du Touareg, son rinçage compris. « Sans ce type de machine, il devient impossible de faire une vidange. Nous allons investir », conclut le professionnel.

Nous vous recommandons

Activité en hausse chez les mécaniciens comme chez les carrossiers

Etude

Activité en hausse chez les mécaniciens comme chez les carrossiers

Selon le baromètre publié par Mobilians en partenariat avec Solware, les chiffres d'activité sont en hausse sur les cinq premiers mois de l'année.Depuis le début de l’année, les chiffres d’activité sont en hausse de 5,2% en...

01/07/2022 |
Forum Point S Group : participation et business record pour l’édition 2022

Forum Point S Group : participation et business record pour l’édition 2022

François Delion est nommé directeur après-vente monde du groupe Renault

Nomination

François Delion est nommé directeur après-vente monde du groupe Renault

Corteco rapproche son stock de pièces de suspension et de direction

Corteco rapproche son stock de pièces de suspension et de direction

Plus d'articles