Top départ du projet Seine Aval Véhicules Électriques

Damien Chalon
Top départ du projet Seine Aval Véhicules Électriques

Top départ du projet Seine Aval Véhicules Électriques

La concession Renault de Mantes-la-Ville a été le théâtre cette semaine du coup d’envoi opérationnel du projet Seine Aval Véhicules Électriques. L’ensemble des partenaires, l’alliance Renault-Nissan, EDF, la région Ile-de-France, l’EPAMSA (Établissement public d’aménagement du Mantois Seine Aval) et le Conseil général des Yvelines en tête, était réuni dans cette cité des Yvelines pour assister au démarrage effectif de la plus vaste expérimentation touchant aux véhicules électriques en France.

Une centaine de véhicules

À cette occasion, Thierry Koskas, directeur du programme véhicules électriques chez Renault, et Bernard Cambier, directeur commercial France de Renault, ont remis les clés d’une Fluence Z.E. à EDF, et d’un Kangoo Z.E. à Sotrema, la société d’économie mixte des transports et de l’environnement du Mantois.

JPEG - 105.8 ko

La semaine précédente, c’est l’ascensoriste Otis qui recevait un Kangoo Z.E., lequel sera testé dans le cadre de missions d’intervention. Au total, ce sont une centaine de véhicules électriques et près de 250 points de charge qui seront déployés dans l’ouest de la région Ile-de-France au cours des prochains mois.
Parmi les candidats et futurs détenteurs de véhicules électriques issus de l’alliance Renault-Nissan, citons également le conseil général des Yvelines, Carrefour, Eiffage, France Telecom ou encore Colizen. En qualité de cible prioritaire de l’expérimentation, les entreprises jouissent d’un service spécifique baptisé Fleet Asset Management, qui remonte une soixantaine d’informations par jour (kilomètres parcourus, état de la batterie, autonomie…) au gestionnaire de flotte. Ces données sont également fournies au conducteur, soit directement à bord du véhicule, soit sur son téléphone portable ou son PC.

Un budget de 23 millions d’euros

Le projet SAVE s’étend à ce jour sur 51 communes et 5 intercommunalités. Vous l’aurez compris, les véhicules (Kangoo, Fluence et Leaf) seront fournis par Renault et Nissan, tandis que la supervision et le déploiement des infrastructures de charge reviendra à EDF. Les bornes fournies par Schneider Electric seront implantées sur la voirie, dans les entreprises, dans les centres commerciaux et même dans certaines stations Total. Le coût global de cette expérimentation est pour l’heure estimé à 23 millions d’euros. L’objectif du projet SAVE est de tester à grande échelle l’ensemble des problématiques liées aux véhicules électriques.

Nous vous recommandons

Comment le rétrofit participe à l’électrification des parcs

Comment le rétrofit participe à l’électrification des parcs

Légalement autorisée depuis mars 2020, la pratique du rétrofit - c'est-à-dire la transformation d'un véhicule thermique en véhicule électrique - commence à séduire entreprises comme collectivités. Retours d'expérience avec...

Stationnement : Indigo accélère son déploiement de parkings vélos sécurisés

Stationnement : Indigo accélère son déploiement de parkings vélos sécurisés

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

VelyVelo imagine un véhicule hybride, entre vélo et scooter, pour la livraison du dernier kilomètre

VelyVelo imagine un véhicule hybride, entre vélo et scooter, pour la livraison du dernier kilomètre

Plus d'articles