En 2022, Toyota réussit là où certaines marques ont échoué

En 2022, Toyota réussit là où certaines marques ont échoué

Le groupe Toyota a livré 8,7 millions de véhicules neufs dans le monde.

© Toyota

Au cœur de l'Opéra de Paris, Frank Marotte, président-directeur général de Toyota France, a dressé le bilan du précédent exercice. Des performances historiques qui méritent d'être saluées, tant sur le marché européen que national.

Sur les 8,7 millions de véhicules neufs vendus dans le monde, Toyota a pratiquement réussi à stabiliser ses performances, accusant un léger recul de 0,4 % par rapport à novembre 2021. « Si on fait une projection à la fin de l’année, on va avoisiner les 9,4 millions de véhicules vendus en 2022. C’est un chiffre remarquable, très proche des 10 millions qu’on aurait sans aucun doute dépassé si on n’avait pas subi les contraintes de production », estime Frank Marotte, président-directeur général de Toyota France. Fin novembre dernier, les ventes de véhicules électrifiés ont progressé de 4,4 % avec 2,5 millions d’unités immatriculées. En parallèle, l'activité industrielle de Toyota s'est établi à 8,3 millions de véhicules. C’est 7 % de plus qu’en 2021. « On a vendu plus que ce qu’on a produit. Cela signifie qu’on a joué de façon optimisée la gestion de notre stock de manière à pouvoir satisfaire le plus de clients possible et le plus rapidement », poursuit-il.

Par ailleurs, la marque Toyota s’est hissé pour la première fois à la deuxième place sur le marché européen, derrière la marque Volkswagen, et ce grâce à une part de marché record de 7,3 %, (+ 0,9 point). « C’est le résultat d’un plan produit considérablement renouvelé, qui a rencontré un franc succès et une forte demande ». Sur ce territoire, dans un marché en baisse de 11 %, la croissance des ventes est estimée à 1 080 975 véhicules (dont 1 030 508 Toyota et 50 467 Lexus), soit une légère hausse de 0,5 %. Sur ce quota global, les véhicules électrifiés, ont représenté 70 %, avec 78 608 unités.

En France enfin, le groupe a immatriculé 113 032 unités, dont 109 776 Toyota et 3 256 Lexus. Avec une part de marché historique de l’ordre de 6,8 %, Toyota s’impose comme la première marque étrangère, « et je me plais à dire que nous ne sommes plus une marque importée mais une marque étrangère en France », nuance le dirigeant. Sur le canal des particuliers, Toyota arrive en quatrième position avec 7,9 % de part de marché devant la marque française Citroën.

Prévisions de vente pour 2023

Pour ce nouvel exercice, sur un marché estimé à 2,110 millions d’unités (VP+VU), soit + 12,4 % par rapport à 2002, Frank Marotte anticipe la vente de 125 000 VN Toyota et 5 000 VN Lexus, ainsi que 75 000 VO Toyota (contre 70 000 en 2022) et 4 000 VO Lexus. « C’est une estimation, car on est de plus en plus incapables de savoir ce que les uns et les autres vont pouvoir produire. On sait qu’on a tous des carnets de commandes très garnis. Chez Toyota, on a environ quatre mois et demi de commandes et huit mois pour Lexus. La production est le problème majeur. Par exemple, pour Lexus, on pourrait faire beaucoup plus car le plan produit le mérite incontestablement, mais on est contraint par les productions. Toutefois, je ne perds pas espoir que ce chiffre soit relevé à la hausse d’ici à l’année prochaine ». Enfin, le dirigeant table sur une rentabilité de 2,5 à 3 % pour le réseau Toyota et de 1 % pour le réseau Lexus en 2023 grâce notamment à l’activité de véhicules d’occasion (par les volumes et la rentabilité unitaire).

Calendrier commercial

Frank Marotte promet une année « intente » en termes de renouvellement de la gamme. En effet, chez Lexus, le RX sera lancé en hybride et hybride rechargeable. Une série limitée avec l’Opéra de Paris sera présentée en amont. Viendra ensuite le RZ 400e 100 % électrique qui développe 313 chevaux et offre 400 kilomètres d’autonomie. Il sera suivi par le UX 300e également 100 % électrique qui propose 450 kilomètres d’autonomie. De son côté, Toyota révélera, en juin prochain, la nouvelle silhouette du C-HR puis commercialisera, courant septembre prochain, un vélo-cargo 100 % électrique, issu du partenariat avec l’entreprise Douze Cycles. « Il était important que tous les foyers qui quittent l’automobile traditionnelle puissent être gardés comme clients », confirme Frank Marotte, précisant « qu'il est un vrai complément par le bas de notre gamme véhicules utilitaires. Et par le bas n'est pas du tout péjoratif ». 

Nous vous recommandons

Focus sur le marché norvégien et ses 80 % de voitures neuves électriques

Focus sur le marché norvégien et ses 80 % de voitures neuves électriques

Le marché norvégien du véhicule neuf est non seulement le plus électrifié au monde, mais il figure parmi les rares à afficher une progression de 25 % entre 2019 et 2022.La Norvège est souvent citée comme le pays le plus en avance en...

Aramis Group se dote d’un deuxième centre de reconditionnement de VO au Royaume-Uni

Aramis Group se dote d’un deuxième centre de reconditionnement de VO au Royaume-Uni

Etiennette Savart rejoint Aramisauto

Nomination

Etiennette Savart rejoint Aramisauto

L’Alliance des Mobilités pour le maintien des trottinettes partagées à Paris

L’Alliance des Mobilités pour le maintien des trottinettes partagées à Paris

Plus d'articles