Transport routier de marchandises français : des avancées malgré un repli

Fabio CROCCO

Sujets relatifs :

,
Transport routier de marchandises français : des avancées malgré un repli

En 2021, le transport routier de marchandises a cédé du terrain au ferroviaire. Il était cependant en croissance notable par rapport à 2020. Dans ce contexte de reprise, le pavillon français grignote une très petite part du gâteau vis-à-vis de la concurrence étrangère. 

Il faudra attendre encore une année pour avoir les chiffres de l’activité du transport routier de marchandises (TRM) pour cette année 2022, des données que l’on pressent plutôt bonnes. Elles devraient être sur la même tendance positive que ceux de 2021 qui indique, selon le bilan du gouvernement, que le transport TRM a enregistré une croissance de 1,8 % avec 292 milliards de tonnes-kilomètres et un chiffre d’affaires de 55 milliards d’euros.

Cela est d’autant plus remarquable que l’activité avait baissé de 3,3 % en 2020 en raison du confinement. Le transport national retrouve de même son niveau d’avant-crise sanitaire à 161,4 milliards de tonnes-kilomètres. Il est en hausse de 3,6 % après une baisse de 3,5 % en 2020.

Le TRM profite de la reprise généralisée du transport, en hausse de 3 % après une baisse de 3,9 % en 2020. Une mise en perspective s’impose cependant : pour la première fois depuis 2015, la part modale du transport routier diminue, même si elle reste largement majoritaire à 87,3 %. La part du transport ferroviaire fait un bond de 14,3 %. L’activité du transport fluvial affiche un beau + 4 %.

37 % du transport en France, tous modes confondus, est opéré par des sociétés étrangères

Mais que pèse au sein de cette embellie le pavillon français du transport routier de marchandises ? Et bien pas plus qu’une grosse moitié ! Il est en effet troublant de constater que 37 % du transport en France, tous modes confondus, est opéré par des sociétés étrangères. Une part certes en recul d’un point en 2021 mais qui reste relativement importante. Ce taux monte même à 42,4 % si l’on considère uniquement le TRM. Le transport français peine à imposer ses qualités face à une concurrence étrangère basée sur d’autres règles sociales et dans un marché où le prix des prestations reste le premier critère de choix. Le paquet mobilité voté par l’Europe devrait quelque peu rétablir les équilibres. En voit-on déjà les prémices ? La partie internationale du transport français, bien que modeste avec seulement 4 %, s’est accrue de 5,4 % l’an dernier. Cela n’était pas arrivé depuis des années.

Nous vous recommandons

20 ans d’Unimog dans l’usine de Wörth

20 ans d’Unimog dans l’usine de Wörth

Mercedes-Benz fête les 20 ans de construction de l’Unimog dans son usine de Wörth.Après avoir été assemblée pendant plus de 50 ans dans l'usine sœur de Gaggenau, la production de l’Unimog a été transférée à l'usine de Wörth...

01/12/2022 | Usine
Shell s'empare du producteur de gaz naturel renouvelable Nature Energy

Shell s'empare du producteur de gaz naturel renouvelable Nature Energy

Napa lance les tambours de frein

Napa lance les tambours de frein

Volta Trucks séduit Heppner

Volta Trucks séduit Heppner

Plus d'articles