Un contrôle anti-pollution annuel pour les véhicules âgés de plus de 5 ans

Mohamed AREDJAL
Un contrôle anti-pollution annuel pour les véhicules âgés de plus de 5 ans

Un contrôle anti-pollution annuel pour les véhicules âgés de plus de 5 ans

Gare aux véhicules polluants !

Dans le cadre des débats autour du projet de loi relatif à la transition énergétique, les députés ont renforcé, lors de la seconde lecture du texte, le contrôle annuel des émissions polluantes pour tous les VL dès leur cinquième année, sans distinction de carburant.

L’Assemblée nationale a donc adopté une rédaction plus exigeante que celle prévue par le Sénat, qui proposait un contrôle renforcé et annualisé à partir de la septième année pour les véhicules Diesel uniquement.

Une décision saluée par le CNPA, qui voit dans cette prise de position un « premier pas en faveur d’une réelle politique des parcs ». « Le CNPA, au travers de ses actions, défend l’idée que la maîtrise de la pollution atmosphérique doit nécessairement passer par une politique des parcs volontariste. Ainsi, le contrôle renforcé pourrait servir à une identification des véhicules en fonction de leurs émissions de polluants et favoriser l’entretien à visée écologique », indique le syndicat professionnel dans un communiqué.

Un contrôle plus efficace de la fonction pollution

Rappelons que cette demande du CNPA s’inscrit dans la lignée du lobbying mené par les professionnels du contrôle technique, qui réclament depuis plusieurs années de nouveaux moyens pour mesurer les émissions polluantes. Aujourd’hui celles-ci sont contrôlées uniquement par le biais d’un opacimètre, un équipement obsolète qui n’est plus adapté aux motorisations récentes.

Résultat : en 2014, seuls 3,63 % des véhicules présentés au contrôle technique ont dû passer une contre-visite pour un défaut lié à la fonction pollution/niveau sonore. Pourtant, selon une étude de la Feda, 51 % des véhicules Diesel souffrent d’un dysfonctionnement à l’admission, 46  % aux injecteurs, 37  % à l’échappement, 36 % à la vanne EGR, 21 % à la pompe d’injection et 17 % au turbo.

Les professionnels du contrôle technique maintiendront donc leur vigilance pour la suite de l’examen du projet de loi sur la transition énergétique, qui sera débattu en séance publique les 19, 20 et 21 mai prochains. Ensuite, le texte sera de nouveau étudié par le Sénat, avant un vote définitif par l’Assemblée, qui aura le dernier mot.

Nous vous recommandons

Cyclevia dresse un bilan déjà prometteur

Cyclevia dresse un bilan déjà prometteur

Il y a tout juste un an, Cyclevia obtenait son agrément et devenait très officiellement l’éco-organisme de la filière des huiles et des lubrifiants usagées. Aujourd’hui l’entreprise dresse un bilan sur cette année de mise en...

24/03/2023 | Recyclagecyclevia
La norme Euro 7 fait grincer des dents à la CSIAM

La norme Euro 7 fait grincer des dents à la CSIAM

Schaeffler intègre les moteurs électriques dans les roues

Schaeffler intègre les moteurs électriques dans les roues

LKQ Europe devient le premier groupement indépendant de distribution de pièces à intégrer le Cecra

LKQ Europe devient le premier groupement indépendant de distribution de pièces à intégrer le Cecra

Plus d'articles