Un premier e-garage pour Revolte

Fabio CROCCO
Un premier e-garage pour Revolte

Le garage exclusivement dédié aux véhicules électriques a ouvert ses portes il y a quelques semaines à Carquefou, près de Nantes.

Ayant pour ambition de prolonger durablement la vie des véhicules électriques, l’enseigne Revolte lance un concept de garages 100 % dédié à la maintenance à moindre coût des véhicules électrifiés. Un premier e-garage s’est ouvert près de Nantes. Les entrées en atelier se multiplient.

Si l’électrification des véhicules bouleverse l’industrie automobile, ses technologies, ses modèles économiques, ses marques… elle remet aussi en cause le modèle de l’après-vente. Les enseignes de réparation traditionnelles cherchent à s’adapter à cette nouvelle dimension et avancent déjà certains services autour de l’électromobilité. Mais il ne fait nul doute que cette électrification donne l’opportunité à la naissance de nouveaux réseaux d’après-vente.

C’est notamment le cas de l’enseigne Revolte fondée en 2020 par Alexis Marcadet et Jérémie Noirot qui, dans un premier temps, misaient plutôt sur le rétrofit. Un premier atelier, dit e-garage, de 1 300 m2, vient d’être implanté à Carquefou, au nord de Nantes. Un garage 100 % dédié aux voitures électriques avec une ambition très marketing : celle de faire durer les voitures 100 ans. La promesse ? Offrir une réparation la moins coûteuse possible des composants électriques comme le moteur, le chargeur, l’électronique de puissance, la batterie, etc.

Formé et équipé en conséquence, le garage n’hésite pas à ouvrir les batteries, à l’origine de 30 % des dysfonctionnements, pour les réparer alors que bien souvent leur panne ne tient à pas grand-chose, un contacteur, une résistance, une cellule ou encore une carte électronique HS. Le coût de la réparation peut être alors divisé par dix avec un devis moyen autour des 2 000 euros. L’utilisation de composants reconditionnés ou d’occasion est aussi au programme de l’enseigne. Voilà de quoi éviter que les voitures ne partent prématurément à la casse.

Revolte s’adresse aux premiers possesseurs de véhicules électriques qui ne sont plus couvert par la garantie du constructeur et qu’aucun garage traditionnelle ne sait réparer de manière compétitive.

Selon nos confrères de l’AFP, ce garage a pu voir le jour alors que le fondateur a réussi à convaincre une soixantaine d’investisseurs de le suivre dans son projet après une période de tests dans un local situé à Rennes. La société emploie une quinzaine de personnes dont des mécaniciens et des électrotechniciens. Le garage Nantais a déjà une centaine de voitures inscrites dans le carnet de commandes après être déjà intervenu sur autant de voitures électrifiées. L’atelier, qui a sa propre école de formation, espère recruter une dizaine d’électromécaniciens l’an prochain. La marque a de même pour ambition de déployer une flotte mobile pour le petit entretien à domicile.

Nous vous recommandons

François Mondello, patron de la FFEA, souhaite une expertise durable et responsable

François Mondello, patron de la FFEA, souhaite une expertise durable et responsable

Dans le cadre d’une tribune à destination des experts en automobile, François Mondello appelle la profession à exercer de manière durable et responsable... à la demande des assureurs.Dans le cadre de la présentation de ses vœux à...

03/02/2023 | Expertise
Mobilians et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes s’unissent pour le recrutement dans les services de l’automobile et de la mobilité

Mobilians et Pôle emploi Auvergne-Rhône-Alpes s’unissent pour le recrutement dans les services de l’automobile et de la mobilité

Wessels+Müller arrive en Italie

Wessels+Müller arrive en Italie

Autobacs accompagne les clients des voitures dites « classiques »

Autobacs accompagne les clients des voitures dites « classiques »

Plus d'articles