Une année 2010 en demi-teinte pour Arval

Damien Chalon

Sujets relatifs :

, ,
Une année 2010 en demi-teinte pour Arval

Une année 2010 en demi-teinte pour Arval

Sur un marché de la location longue durée en progression de 2,2 % en 2010, Arval a accusé un repli de son parc financé de 1,6 %. La filiale de BNP Paribas a laissé filer près de 4 000 véhicules à la concurrence, plus agressive sur ses prix, pour terminer l’année à 216 543 véhicules en parc. « La conséquence d’une décision courageuse, affirme François Piot, directeur général d’Arval France. Nous avons été les premiers à annoncer une hausse de nos tarifs à nos clients. Nos concurrents en ont profité pour grignoter des parts de marché, mais notre stratégie s’avérera payante sur le long terme. » Le loueur s’est d’ailleurs fixé pour objectif de revenir fin 2011 à son niveau de fin 2009.

Forte progression des PME et des administrations

Les grandes entreprises (plus de 700 véhicules) ont été les plus nombreuses à quitter le navire Arval avec un parc financé en recul de 10 %, annoncé à 87 000 véhicules fin 2010. À l’inverse, les entreprises comprenant entre 11 et 700 véhicules ont rallié le loueur en nombre. Arval a progressé de 25 % auprès de cette cible, portant son parc à 83 000 véhicules.
Cet équilibre des forces en présence est bien perçu par la direction d’Arval, qui rappelle que, en 2003, 1 % de la clientèle représentait 80 % du volume financé. Dexia LLD a également amené son lot de nouveaux clients avec un parc en progression spectaculaire de 95 %, à 13 000 véhicules. La conséquence du référencement du loueur par l’UGAP, la centrale d’achat public.

Une nouvelle loi de roulage

Arval constate par ailleurs une évolution des pratiques de ses clients. La loi de roulage est passée de 40 mois et 105 000 kilomètres à 41 mois et 99 600 kilomètres en moyenne. « Beaucoup de gestionnaires souhaitaient allonger les contrats sans oser le faire, confie François Piot. Avec la crise, ils ont pu le faire. » Concernant les services souscrits, la maintenance reste en tête avec 87 % de pénétration, devant les pneumatiques (63 %), l’assistance (52 %), la carte carburant (35 %), le véhicule de remplacement (29 %), l’assurance (26 %) et la perte financière (15 %).
Quant au parc, sa répartition est la suivante : 61 % de VP, 20 % de VUL et 19 % de véhicules de société. Les utilitaires légers sont dans le collimateur d’Arval, qui souhaite renforcer son expertise sur le sujet. « Les clients sont demandeurs d’une vraie valeur ajoutée et de conseils, remarque François Piot. Nous allons avoir une réponse plus structurée avec la formation de collaborateurs spécialisés sur cette thématique. »

Nous vous recommandons

Polestar taille dans ses prévisions de ventes à cause du Covid en Chine

Polestar taille dans ses prévisions de ventes à cause du Covid en Chine

Détenue par Geely et Volvo, la marque de voitures électriques premium Polestar subit les derniers confinements en Chine et revoit à la baisse ses prévisions, reportant ou perdant 50 000 livraisons.L’impact des confinements en Chine,...

23/05/2022 | VolvoGeely
Essai - DS Automobiles DS 4 : premium à la française

Vidéo

Essai - DS Automobiles DS 4 : premium à la française

Le réseau de bornes de recharge Métropolis lance une offre pour les flottes automobiles

Le réseau de bornes de recharge Métropolis lance une offre pour les flottes automobiles

Zeway ouvre une 41e station d’échange de batteries électriques

Zeway ouvre une 41e station d’échange de batteries électriques

Plus d'articles