Une nouvelle ZFE et des restrictions accentuées dès ce 1er septembre

Une nouvelle ZFE et des restrictions accentuées dès ce 1er septembre

En plus d'inclure l'ensemble des véhicules particuliers Crit'Air 4, 5 et NC, la ZFE de Rouen voit son périmètre s'élargir à compter de ce 1er septembre 2022.

© Métropole Rouen Normandie

Après de récentes évolutions en juillet dernier à Grenoble ou Montpellier, de nouvelles zones à faibles émissions vont faire leur apparition dès demain, jeudi 1er septembre. L'association 40 millions d'automobilistes dénonce « une catastrophe pour beaucoup d'automobilistes qui ne pourront plus rouler. »

Depuis plusieurs mois, et notamment l'adoption de la loi Climat et résilience, les zones à faibles émissions (ZFE) font couler beaucoup d'encre. Censé améliorer la qualité de l'air dans les villes, le dispositif demeure encore assez méconnu et complexe, car chaque agglomération dispose de son propre calendrier et périmètre d'application. Entre évolutions des ZFE existantes, reports des échéances ou mises en place de nouvelles zones, difficile de s'y retrouver ! Après le coup d'accélérateur de juillet dernier, cette rentrée 2022 marquera encore une nouvelle étape. En effet, dès ce jeudi 1er septembre, Marseille met en place ses premières mesures d’interdiction des véhicules les plus polluants dans le cadre de sa zone à faibles émissions, tandis qu’à Lyon, Rouen ou Toulouse, les restrictions s’accentuent. Voici un récapitulatif des principaux changements :

  • Métropole d'Aix-Marseille-Provence : interdiction des véhicules Crit’Air 5 et non classés.
  • Grand Lyon : interdiction des véhicules particuliers Crit'Air 5 et NC, en plus de l'interdiction des VUL et PL Crit'Air 3 déjà en vigueur.
  • Rouen-Normandie : interdiction de l'ensemble des véhicules particuliers Crit'Air 4, 5 et NC tout comme les VUL et PL de même classe interdits depuis janvier et élargissement du périmètre d'application à 13 communes (Amfreville-la-Mi-Voie, Bihorel, Bois-Guillaume, Bonsecours, Darnétal, Déville-lès-Rouen, Notre-Dame-de-Bondeville, Grand Quevilly, Mesnil-Esnard, Petit-Quevilly, Rouen, Saint-Léger du Bourg-Denis et Sotteville-lès-Rouen.)
  • Toulouse : interdiction des VUL et PL Crit'Air 4 en plus des Crit'Air 5 et NC.

« Une bombe à retardement sociale »

Face à ces évolutions, l'association 40 millions d'automobilistes estime que la mise en place des zones à faibles émissions confinera 6 automobilistes sur 10. « À Rouen comme dans les autres grandes métropoles, cette mesure est une catastrophe pour beaucoup d'automobilistes qui ne pourront plus rouler. Pour les autres qui ont la chance de ne pas être touchés pour l'instant, nous devons garder en tête que les restrictions vont être chaque année plus fortes jusqu'à l'interdiction de circulation de 58 % des Français (progressivement les vignettes Crit'Air 5, 4 puis 3). Les zones à faibles émissions sont une bombe à retardement sociale », prévient Philippe Nozière, son président. « Les zones à faibles émissions répondent davantage de l'idéologie que du pragmatisme. Il n'y a rien d'écologique dans le fait de contraindre un automobiliste à changer son véhicule alors qu'il est parfaitement entretenu, renchérit Pierre Chasseray, délégué général de l'organisation. N'oublions pas que les gilets jaunes sont nés d'une menace d'augmentation de la fiscalité des carburants de 3 petits centimes. Comment l'État peut-il penser qu'en interdisant 58 % des véhicules de circuler, aucun mouvement social ne se déclenchera ? Les zones à faibles émissions, ce sera gilets jaunes puissance 10 si Emmanuel Macron ne prend pas conscience rapidement de l'impact de cette mesure ! », ajoute-t-il. L'association prépare déjà pour les jours à venir une piste de solution ainsi qu'une opération de mobilisation contre cette mesure.

Nous vous recommandons

Le groupe Volkswagen branche ses véhicules électriques sur le réseau du groupe Elia

Le groupe Volkswagen branche ses véhicules électriques sur le réseau du groupe Elia

Elli, filiale du groupe Volkswagen en charge de la recharge, vient de nouer un accord avec le groupe Elia et sa start-up re.alto. L’objectif consiste à intégrer les véhicules électriques au sein des réseaux d’électricité gérés...

La Ville de Marseille va diviser par deux sa flotte automobile

La Ville de Marseille va diviser par deux sa flotte automobile

Dacia dessine son avenir à travers Manifesto

Dacia dessine son avenir à travers Manifesto

Opel ressuscite son appellation GSe

Opel ressuscite son appellation GSe

Plus d'articles