Valeurs de revente : faut-il avoir peur d’une dépréciation ?

Valeurs de revente : faut-il avoir peur d’une dépréciation ?

Jauger la valeur de revente est un exercice périlleux.

© / D.R.

Rareté des véhicules neufs et d’occasion, environnement économique inflationniste, contexte réglementaire contraignant… et une question : comment vont évoluer les valeurs de revente et par conséquent les loyers en location longue durée ?

Pourrons-nous continuer à « verdir » nos parcs sans être pénalisés par des valeurs de revente (VR) s’inscrivant à la baisse ? Cette question que se posent de nombreux gestionnaires de flottes, est légitime. Y répondre peut s’apparenter à scruter l’avenir avec une boule de cristal.

« Notre principale préoccupation, explique Marc Charpentier, directeur commercial de OneLease, n’est pas tant de coter des véhicules que d’avoir des véhicules. Ce qui caractérise l’année 2022 se résume facilement : la vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain. Il n’est pas rare en effet que la proposition que nous venions de faire et qui était conforme à la politique automobile de notre client, soit caduque parce que nous recevons un courriel du constructeur "désolé de ne pas pouvoir fournir les véhicules que vous attendiez". Difficile dans ces conditions d’avoir une vue du marché de l’occasion à 3 ans ! »

Quand ce ne sont pas les constructeurs qui changent de stratégie en privilégiant les particuliers plutôt que le BtoB, ce sont les politiques comme pour le Grand Paris. « Les entreprises franciliennes peuvent ainsi continuer à avoir des politiques automobiles du… XXe siècle, poursuit Marc Charpentier. Elles peuvent opter pour des véhicules diesel récents et sont prêtes même à acheter, cher, ces véhicules d’occasion. Dans la logique d’un passé encore récent, les valeurs de revente des véhicules thermiques ne s’effondrent pas et le marché VO est d’autant plus soutenu que les clients souhaitant électrifier leur flotte sont de plus en plus nombreux. Ils se séparent de leurs véhicules thermiques et ces derniers trouvent — et trouveront — encore preneurs à prix élevés en deuxième, voire en troisième main ».

Une offre VO conséquente vaut au VR de rester à haut niveau

Une analyse partagée par John Cleworth, directeur produit VU & clients professionnels au sein de la direction commerciale France de Renault. « La fin des ventes thermiques VN en Europe à l’horizon 2035, d’une part, également la volonté des constructeurs européens d’anticiper cette étape, d’autre part, risquent de créer une demande plus forte que l’offre en VO et par conséquent un maintien des VR à des niveaux compétitifs, voire à une hausse ponctuelle, estime-t-il. Ce contexte s’accompagne d’une stratégie commerciale saine qui, elle aussi, renforce le niveau des VR. Sur la partie thermique enfin, la question de la norme Euro 7 est également un élément majeur de réponse. Aujourd’hui, il est trop tôt pour connaître l’impact que cela aura pour nos clients. »

En parallèle, le passage progressif d’une partie importante des flottes à l’électrique devrait s’accélérer et une nouvelle question se fait jour : comment fixer des VR crédibles ? Les inconnues sont en effet de taille ! Les prix et la fiscalité des véhicules et ceux de l’électricité, mais également l’évolution des technologies qui est déterminante ou encore l’environnement économique et réglementaire, sont des facteurs qui entrent en jeu. Imaginons que les prochaines générations de véhicules 100 % électriques soient moins chères et qu’elles aient des autonomies renforcées, qu’en sera-t-il du marché du VO ? « En fait, estime Marc Charpentier, nous allons vraisemblablement changer de modèle pour prendre en compte l’évolution technologique des VE dont le coût d’entretien est faible et qui auront peut-être deux ou trois vies en location. Autrement dit, constatant d’ores et déjà qu’il s’est créé un marché de la deuxième main qui monte en puissance même s’il y a très peu de véhicules, nous allons, avant de remettre effectivement un VE sur le marché VO, le louer plusieurs fois, faisant chuter les loyers dès la deuxième location. »

Nous vous recommandons

L’usage du parking d’entreprise décrypté par Sharvy

L’usage du parking d’entreprise décrypté par Sharvy

Sharvy a sondé, au travers de son interface, les usages des parkings d’entreprises dans son parc d’utilisateurs. Les répondants correspondent à une base installée de 140 sites, 35 000 utilisateurs et 12 000 places de parking.Un...

27/01/2023 | ParkingStationnement
La ville de Quimper lance son challenge d’éco-conduite

La ville de Quimper lance son challenge d’éco-conduite

CO2 : holson met en place un simulateur de bilan carbone à la route

CO2 : holson met en place un simulateur de bilan carbone à la route

Valeurs résiduelles des véhicules électriques : la LLD, meilleure solution pour éviter le risque ?

Valeurs résiduelles des véhicules électriques : la LLD, meilleure solution pour éviter le risque ?

Plus d'articles