Valeurs résiduelles des véhicules électriques : la LLD, meilleure solution pour éviter le risque ?

Marc Horwitz
Valeurs résiduelles des véhicules électriques : la LLD, meilleure solution pour éviter le risque ?

Le marché du VE est encore en mutation et les valeurs de revente peuvent évoluer rapidement.

© Kia

Le passage progressif d’une partie importante des flottes à l’électrique devrait s’accélérer et une nouvelle question se fait jour : comment fixer des VR crédibles ?

L’hypothèse de départ est que les prix des véhicules neufs vont rester très élevés. Mais qu’en serait-il si le marché se voit bousculé par les constructeurs chinois qui ont la possibilité d’entrer en force en Europe avec des produits 100 % électriques à des prix quasiment identiques à ceux des véhicules thermiques ? « Effectivement, analyse John Cleworth, directeur produit VU & clients professionnels au sein de la direction commerciale France de Renault, le marché du VE est encore en mutation et les valeurs de revente peuvent évoluer rapidement. Les progrès technologiques, les variations de prix des VN, les incitations VN et VO, le prix du kWh, sont, par exemple, des leviers qui ne permettent pas de dessiner de stabilité à court terme. Un nouvel entrant avec une technologie en rupture, des prix plus abordables, ou encore le retour à la livraison massive de VN pourraient venir perturber l’équilibre offre-demande actuel qui porte le VO. Le développement de l’infrastructure est également un enjeu d’avenir pour soutenir la transition des utilisateurs de véhicules thermiques, notamment en VO ».

Dans le contexte actuel où les prix du neuf flambent parce qu’il y a une pénurie de produits, les constructeurs ne sont plus enclins à faire des remises. Parallèlement, les prix de l’occasion atteignent des sommets parce que les véhicules sont d’autant plus rares que l’une des sources du marché se tarit notamment parce que les loueurs courte durée n’obtiennent pas le nombre de véhicules escomptés. Résultat : pour ne pas prendre de risques en acquérant des VE, la location longue durée semble être une bonne solution. « Les grands comptes qui achetaient encore leurs véhicules, ont tendance à venir à la LLD dans le cadre de l'électrification de leur flotte, confirme Guillaume Maureau, directeur général adjoint d’ALD Automotive. Se décharger du risque "VR" et financer en LLD sur 60 mois, 72 parfois, devient une option fréquente sur du VE. Le risque est alors assumé par le loueur qui joue aussi un rôle important. Or, en période inflationniste, les véhicules, une fois immatriculés, ne voient plus leur valeur baissée aussi vite. Tout au contraire. Les prix des VN, et notamment des VE, continuant à augmenter, le marché du VO est très actif et les loueurs longue durée sont très attentifs à tous ces mouvements qui ont un impact direct sur les VR ».

Mettant en exergue leur RSE et ayant fait du marché du VE un enjeu essentiel, ils ont des politiques commerciales qui les incitent à maintenir des VR à haut niveau pour les véhicules thermiques comme pour les VE… pour l’instant.

Nous vous recommandons

Aramis Group affiche ses ambitions pour 2023

Aramis Group affiche ses ambitions pour 2023

Malgré un contexte difficile, le spécialiste européen de la vente en ligne de véhicules d'occasion aux particuliers dresse un beau bilan de l'année qui vient de s'achever et entend poursuivre sa croissance en 2023.Aramis Group annonce...

ProovStation accélère sur la reprise VO en levant 10 millions d’euros

ProovStation accélère sur la reprise VO en levant 10 millions d’euros

Comment contourner la flambée des prix des voitures d’occasion ?

Comment contourner la flambée des prix des voitures d’occasion ?

Véhicules d'occasion : le constructeur premium italien Alfa Romeo lance son nouveau label Alfa Romeo Certified

Véhicules d'occasion : le constructeur premium italien Alfa Romeo lance son nouveau label Alfa Romeo Certified

Plus d'articles