Véhicules d’occasion : Carvana est aussi dans le dur

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Véhicules d’occasion : Carvana est aussi dans le dur

Le spécialiste du VO, Carvana, traverse une sévère zone de turbulences.

© Carvana

La start-up américaine Carvana, souvent présentée comme un tourbillon allant emporter tous les acteurs traditionnels du marché du véhicule d’occasion, vient de publier des résultats financiers décevants. La confiance des investisseurs est en berne.

Après les déboires de Cazoo, c’est au tour de Carvana de s’enfoncer un peu plus dans la crise. Le spécialiste des véhicules d’occasion, connu pour ces fameuses machines distributrices de voitures, vient de publier des résultats pour le troisième trimestre 2022 bien en-dessous des attentes des actionnaires et des places de marché. Son volume de ventes était en repli de 8 %, à 102 570 transactions. Pour la première fois depuis 2016 et après des cycles de croissance à trois chiffres, le chiffre d’affaires est en repli de 2,7 % sur le trimestre. Il atteint 3,3 milliards de dollars, alors que le consensus des analystes tablait sur 3,7 milliards. Pire encore, la marge Ebitda s’établit à - 5,9 %. C’est sans doute ce qui inquiète le plus les actionnaires et les analystes, car le groupe venait de réussir à stabiliser cet indicateur l’an dernier (+ 0,2 %) après cinq exercices dans le rouge.

Un lourd plan social

Le groupe pâtit de la hausse des prix des véhicules et de l’inflation qui éloigne de nombreux acheteurs potentiels de VO. La direction de Carvana l’explique d’ailleurs dans une lettre adressée à ses actionnaires, évoquant de « forts vents contraires économiques et la nécessité d’un pilotage du business à court terme, même si les perspectives de long terme sont réjouissantes ».

« Nous avons fait des avancées significatives au troisième trimestre pour améliorer notre efficacité opérationnelle, malgré un contexte défavorable », souligne Ernie Garcia, président-fondateur de Carvana. Et de poursuivre : « L’environnement économique demeure incertain, mais nous sommes totalement focalisés sur l’objectif d’amener nos activités à réaliser des profits. Les évolutions sont rarement linéaires, mais nous restons sur la bonne voie pour devenir le distributeur le plus important et le plus rentable du secteur ». Il pointe aussi que l’intégration d’Adesa et ses 38 points de vente suit son cours.

Rappelons que les efforts opérationnels auxquels fait référence Ernie Garcia se sont accompagnés d’un lourd plan social plus tôt dans l'année, avec 2 500 licenciements, soit 12 % des effectifs.

Nous vous recommandons

Le marché du véhicule d’occasion chute de 11,5 % en novembre

Le marché du véhicule d’occasion chute de 11,5 % en novembre

AutoScout24 vient de publier son rapport pour le mois de novembre 2022. La plateforme observe de nouveau un recul de 11,5 % des ventes sur le marché des véhicules d'occasion.Avec 408 356 immatriculations le mois dernier, contre 461 217 en...

Le marché automobile des particuliers retrouve des couleurs en novembre

Le marché automobile des particuliers retrouve des couleurs en novembre

L’électrique a représenté 15 % du marché VP en novembre

L’électrique a représenté 15 % du marché VP en novembre

Le marché automobile français retrouve la croissance en novembre

Le marché automobile français retrouve la croissance en novembre

Plus d'articles