Véhicules industriels : un marché de l’occasion déstructuré

Fabio CROCCO
Véhicules industriels : un marché de l’occasion déstructuré

Depuis 2020, les volumes du marché d’occasion sont largement supérieurs au marché neuf.

Les délais de livraisons extraordinairement longs des véhicules neufs déstructurent le marché de l’occasion avec des camions de seconde main vieillissants qui s’écoulent vite, à des prix élevés et localement. Les stocks se vident.

Au regard de la situation de pénurie qui touche le marché du véhicule industriel neuf, le marché de l’occasion se porte bien en tant que substitut ponctuel. Depuis 2020, les volumes du marché d’occasion sont largement supérieurs au marché neuf. Le ratio VO/VN est de 1,2 en 2020 et 2021. Les ventes de VO sont en hausse de 18 % pour les tracteurs et de 11 % pour les porteurs. Les parcs VO sont presque vides ! Cette situation induit une hausse des prix (15 % pour les tracteurs et 20 % pour les porteurs).

Les délais de revente des VO sont notablement bas. Pour les tracteurs, les délais, qui étaient de 112 jours en 2019 avaient reculé en 2020 à 106, et ont fondu en 2021 puisqu’ils s’établissent à 30 jours. Les porteurs sont dans la même situation avec des délais qui étaient de 46 jours en 2019 puis 60 jours en 2020. Ils sont actuellement de 37 jours.

Plus de ventes à des clients français

Les ventes de VO ont été réalisées principalement en France pour 56 % des véhicules, du fait de la demande locale. Ce résultat est fort par rapport à d’autres périodes, comme en 2020 où ce taux n’était que de 29 %. Conséquences, les ventes vers l’étranger ont nettement diminué, s’établissant à 32 % en Europe (39 % ces dernières années) et 4 % hors Europe (10 % habituellement).

Les ventes VO des distributeurs étant en nette augmentation, l’origine des véhicules se diversifie. Seuls 54 % des VO proviennent des reprises alors qu’historiquement, le taux est compris entre 62 et 66 %. Il était même monté à 76 % en 2018. La deuxième origine vient des parcs constructeurs, avec 18 %, un taux beaucoup plus élevé qu’habituellement, plutôt situé autour de 10 %. Les achats à des marchands représentent également une part non négligeable mais en augmentation à 10 % (soit multiplié par 2 par rapport à l’historique). Les buy-backs sont plus stables, à 13 % après quelques variations : 8 % en juin dernier et 16 % en décembre 2020.

44 % des VO ont plus de six ans mais moins kilométrés

L’âge des tracteurs vendus en 2021 a plutôt augmenté. 44 % des véhicules ont plus de six ans, alors qu’en 2020 ils se situaient à 35 % et cela au détriment des véhicules de quatre à cinq ans qui passent de 49 % en 2020 à 41 % en 2021. La part des véhicules de trois ans et moins reste stable à 15 %. En revanche, les tracteurs en parc actuellement ont un kilométrage très faible. 65 % des véhicules affichent moins de 120 000 km au compteur, alors que cette part était souvent inférieure ou égale à 50 % les années précédentes. Les porteurs sont soit plus jeunes, 14 % ont trois ans et moins (4 % ces dernières années), soit plus anciens avec 74 % qui ont six ans et plus (68 % auparavant).

Nous vous recommandons

CNPA : 120 ans au service des professionnels de l'automobile

CNPA : 120 ans au service des professionnels de l'automobile

Le 26 janvier 2022, le Conseil National des Professionnels de l'Automobile entame une nouvelle ère de son existence et de son action au services des professionnels de l'automobile. Face à la transformation révolutionnaire de l'automobile...

26/01/2022 | CNPAProfessionnels
 Le groupe Lefèvre nommé Meilleur Concessionnaire international DAF de l'année

Le groupe Lefèvre nommé Meilleur Concessionnaire international DAF de l'année

Scania ouvre un nouvel atelier dans le Yvelines

Scania ouvre un nouvel atelier dans le Yvelines

La FNTR alerte sur la hausse problématique du prix des carburants, dont celle du gaz

La FNTR alerte sur la hausse problématique du prix des carburants, dont celle du gaz

Plus d'articles