Vélo de fonction : de plus en plus d’entreprises s’y mettent

Vélo de fonction : de plus en plus d’entreprises s’y mettent

Les initiatives se développent pour mieux faire connaître aux salariés (et du même coup à leurs employeurs) les atouts du vélo dans le cadre professionnel.

© Azfalte

Le développement et la structuration rapide du marché du vélo, couplés à l’engouement des Français, permettent aujourd’hui aux entreprises qui souhaitent apporter des solutions de mobilité durable à leurs collaborateurs tout en répondant à leur politique RSE, de s’y mettre assez facilement.

Et elles sont de plus en plus nombreuses à tenter le coup. La Société Générale, le Crédit Agricole, Afflelou ou encore l’équipementier Valeo ont franchi le pas avec Azfalte. Veolia, Saint-Gobain et Microsoft France ont fait appel à Zenride. « Les pratiques et habitudes internes ont évolué ces dernières années. Plus particulièrement au siège : certains collaborateurs viennent maintenant au bureau à vélo ou en trottinette. Proposer le vélo est donc une réponse à ces nouveaux usages qui vont grandissants », témoigne Virginie Deleau, directeur administratif et financier de Kambly France, qui a fait appel à Arval. Les objectifs affichés sont multiples : encadrement d’une pratique en fort développement, fidélisation des collaborateurs, argument de recrutement ou encore réalisation d’économies. Plus concrètement, « dans l’application, deux choix s’offrent aux employeurs, poursuit Julie Huyghues Despointes, directrice marketing produit et nouvelles mobilités d’Arval. Proposer le vélo de fonction comme intégré à la car policy, permettant aux collaborateurs éligibles de prendre une voiture de catégorie inférieure avec un vélo en complément ou uniquement un vélo. Cette solution permet d’agir directement sur le budget de la flotte à travers le crédit mobilité. Mais l’entreprise peut aussi le proposer à l’ensemble de ses salariés. »

Ces deux possibilités peuvent s’apparenter à des étapes. Kambly France a d’abord décidé de réserver l’usage des vélos aux déplacements parisiens. « Nous avons intégré trois vélos à notre flotte, utilisés par une personne de notre direction commerciale pour ses déplacements domicile-travail, notre directeur de région et son apprenti pour leurs tournées dans les magasins de la capitale », continue Virginie Deleau. Plus avancé dans sa réflexion, Saint-Gobain va plus loin. Après avoir testé l’offre sur 14 sites-pilotes, le service de location de vélos Zenride a été étendu depuis janvier à l’ensemble de ses filiales volontaires, soit plus de 30 000 personnes. Sur le périmètre de test, 500 vélos ont été commandés, soit 12,5 % des salariés éligibles. La distance moyenne parcourue est de 1 150 km par an, ce qui équivaut à 225 kg de CO2 évités par vélo en moyenne. En outre, ce sont également 300 euros annuels qui sont économisés en moyenne par les salariés qui optent pour le vélo. « Ces deux approches nécessitent des timing différents, analyse Jean François Dhinaux. Équiper les salariés éligibles à un véhicule de fonction d’un vélo à travers un crédit mobilité est une décision assez simple pour l’entreprise qui travaille sur un budget existant avec un enjeu financier positif. Cette cible monte progressivement au fur et à mesure des renouvellements de parc. En revanche, équiper les collaborateurs non éligibles est un cycle de décision plus long, dont on commence aujourd’hui seulement à capter de plus grandes masses. »

Des bienfaits pour convaincre

Les initiatives se développent donc pour mieux faire connaître aux salariés (et du même coup à leurs employeurs) les atouts du vélo dans le cadre professionnel. Les principales motivations avancées pour son utilisation sont les économies (49 %), l’écologie (41 %) et l’exercice physique (43 %). « Il réduit le temps des trajets domicile-travail, il est plus confortable que les transports en commun, ajoute Julie Huyghues Despointes chez Arval. Cette solution de mobilité active améliore en outre le bien-être des collaborateurs et permet de réduire l’absentéisme. » Pour finir de convaincre et rassurer, certains spécialistes développent des services complémentaires. La société Tim Sports a, par exemple, signé un partenariat avec G7 Vélo, première flotte de taxis équipée de porte-vélos. Objectif : assurer une solution alternative en cas d’imprévus (intempéries, fatigue, crevaison, déplacement longue distance…). Les vélotafeurs peuvent alors commencer leur trajet en vélo et le finir en taxi, et inversement. De petites choses peuvent naître de grands changements !

Nous vous recommandons

Les vélos cargos ont maintenant leur GPS adapté

En bref

Les vélos cargos ont maintenant leur GPS adapté

Moyen de transport en plein essor, notamment dans le cadre de la livraison du dernier kilomètre, les vélos cargos sont confrontés au manque d'infrastructures adaptées à leur circulation. C'est pourquoi la start-up spécialisée dans le...

02/12/2022 | VéloGPS
Engie Solutions complète les infrastructures de recharge de Vinci Autoroutes

Engie Solutions complète les infrastructures de recharge de Vinci Autoroutes

Green NCAP lance un outil pour comparer l’impact des voitures en cycle de vie

Green NCAP lance un outil pour comparer l’impact des voitures en cycle de vie

[Exclu] Rétrofit : le premier guide pour tout comprendre

[Exclu] Rétrofit : le premier guide pour tout comprendre

Plus d'articles