Vers l'électrification du transport routier

Fabio CROCCO
Vers l'électrification du transport routier

Vers l'électrification du transport routier

Salon des dernières tendances, Solutrans 2010 n’a pas échappé au courant de l’électrification du transport routier. Trois exemples ont montré la percée des utilitaires électriques silencieux et “ zéro émission ”, idéals pour un transport en centre-ville toujours plus réglementé.
Le plus médiatique d’entre eux a sans doute été ElectruckCity, premier réseau de distribution du VU électrique professionnel, lancé en juin dernier. L’importateur commercialise deux gammes : les 5,5 t de marque Modec, et les camions Smith jusqu’à 12 tonnes de PTC.

Des camions fabriqués en Angleterre, nation qui a largement développé l’électrique en centre-ville. Ces camions sont destinés à la livraison urbaine mais aussi aux applications voirie de centre ville avec une autonomie allant de 100 à 200 kilomètres selon le modèle « ce qui couvre 95 % des besoins » avance Michel Albrand, ancien P-DG de MAN France et cofondateur d’ElectrukCity. Le coût de la recharge des batteries aux 100 kilomètres est compris entre 2,80 et 3,50 euros en fonction du type d’abonnement.

La vitesse de ces camions de nouvelle génération, dont la durée de vie est de 7 ans, peut atteindre 80 km/h, ce qui leur permet de circuler sur les axes routiers comme sur les périphériques ou les rocades. Cent véhicules ont déjà été commercialisés, principalement auprès de transporteurs. Au prix de 1 euro le litre de diesel, livrer avec de l’électricité revient 10 à 15 % plus cher que livrer avec du thermique… sans considérer d’éventuelles aides et taxes. Les batteries sont garanties 1000 cycles ou 5 ans (200 jours de travail par an) mais « elle peuvent tenir 8000 cycles, soit 8 ans », assure Michel Albrand. Le réseau de vente comptera en juin prochain 30 points de distribution partenaires. Deux agences sont rattachées en propre, l’une à Paris l’autre à Nantes, et un site à Orléans stocke les pièces de rechange. Michel Albrand imagine vendre 500 camions électriques par an d’ici à 3 ans et vise 8 à 10 % de parts de marché dans 5 ans.

Autre exemple : celui de Renault Trucks, qui a annoncé le développement d’une offre d’utilitaires électriques, en partenariat avec PVI et EDF, sur la base d’un Maxity (jusqu’à 2 tonnes). Le constructeur indique une vitesse maximale de 90 km/h et une autonomie de 100 kilomètres. La commercialisation est prévue pour 2011. Le constructeur carrossier Gruau se lance lui aussi dans l’électrique avec le fourgon Electron, un VU de 3,5 t basé sur le Fiat Ducato. Sa motorisation électrique offre une autonomie de 115 kilomètres. Le véhicule se recharge en moins de 8 heures, et ses batteries sont garanties 2 ans (1200 cycles). Gruau a aussi présenté une version électrifiée de son Microbus né d’une collaboration avec Bolloré.

Nous vous recommandons

Un attelage Toyota, Air Liquide et CaetanoBus sur la mobilité hydrogène

Un attelage Toyota, Air Liquide et CaetanoBus sur la mobilité hydrogène

Air Liquide, CaetanoBus et Toyota Motor Europe s’associent en vue de proposer des offres intégrées pour la mobilité hydrogène. Cela comprend le développement d’infrastructures et de flottes de véhicules visant à accélérer le...

19/05/2022 | ToyotaAir Liquide
Marcus Hörberg, président de Volvo Trucks France, met l’accent sur le développement durable

Marcus Hörberg, président de Volvo Trucks France, met l’accent sur le développement durable

Rite-Hite publie un guide sur la sécurité des quais de chargement

Rite-Hite publie un guide sur la sécurité des quais de chargement

L’OTRE demande le maintien des aides sur le carburant au-delà du 31 juillet 2022

L’OTRE demande le maintien des aides sur le carburant au-delà du 31 juillet 2022

Plus d'articles