Vidéo

Essai - Honda Jazz : l'hybride qui swingue

Clotilde Gaillard

Sujets relatifs :

, ,
Essai - Honda Jazz : l'hybride qui swingue

[Vidéo] Essai - Honda Jazz : l'hybride qui swingue

Baptisée Fit sur son marché natal et aux États-Unis, la Jazz du constructeur japonais Honda revient en Europe avec une nouvelle génération – la quatrième. Celle-ci fait la part belle à l’hybridation, motorisation déclinée en trois façons.

Avec ses phares ronds, presque ahuris, et ses courbes « kawaï », la citadine de la marque nipponne a l’air de ne pas y toucher. Mais que l’on ne s’y trompe pas, car la plus jazzy des Honda a bien l’intention de jouer la même partition que ses rivales les Renault Clio E-Tech et Toyota Yaris hybride. En parcours urbain, hors autoroute, elle parvient d’ailleurs à les distancer en matière de consommation – environ 4 l/100 km contre 4,4 l /100 km pour la française et près de 5 l/100 km pour l’ancienne mouture de la Yaris. Un ratio raisonnable permis par l’association heureuse d’un bloc essence 1.5 l avec deux moteurs électriques.

L’ensemble développe ainsi une puissance de 109 chevaux, ainsi que trois modes de conduite répondant chacun à des besoins routiers distincts. Soit le 100 % électrique lorsque la batterie est pleine, idéal pour les trajets citadins d’un ou deux kilomètres ; soit en mode hybride, le moteur essence produisant l’énergie nécessaire pour alimenter le moteur électrique ; soit, enfin, en tout thermique. Quel que soit le fonctionnement choisi, attention toutefois à ne pas bousculer le quatre-cylindres, qui peut se montrer capricieux en cas de franche accélération ou dans les virages montés.

Consensuelle à l’extérieur, confortable à l’intérieur

Bien que définie comme une citadine – et figurant parmi les modèles du segment B les plus attendus de l’année 2020 –, la nouvelle Honda Jazz s’inscrit cependant plus dans la catégorie des monospaces de poche. Pour cause : l’habitacle se veut des plus fonctionnel, autant pour les passagers à l’avant qu’à l’arrière. S’accordant avec la sobriété stylistique visant à favoriser le confort, prôné par le concept « Yoo no bi », la Jazz se démarque par sa modularité. Un principe de praticité concrétisé par la présence des célèbres « Magic Seat », permettant d’obtenir un fond plat lorsque la spacieuse banquette arrière est rabattue à la verticale. Dans cette configuration, le volume de coffre passe ainsi de 304 à 1 203 litres, offrant un gain de place non négligeable en plus d’une multitude de rangements.

Si l’on regrette néanmoins son esthétique ascétique – l’intérieur bicolore et majoritairement fondu de plastique rappelant singulièrement le design d’une Twingo –, on apprécie néanmoins l’ergonomie développée par un tableau de bord où toutes les commandes se trouvent à portée de main du conducteur. De même, l’intégration d’une interface tactile IMH de 9 pouces et les fins montants de la structure ne gâchent nullement le champ de vision du pare-brise panoramique. Un bon point qui compense quelque peu la douloureuse addition débutant à 21 990 euros et s’élevant à 27 090 euros pour la déclinaison Crosstar, proche du SUV, prix hors option.

Nous vous recommandons

Des véhicules utilitaires en pleine (r)évolution

Enquête

Des véhicules utilitaires en pleine (r)évolution

Alliances industrielles, montée en gamme et électrification : le marché des véhicules utilitaires légers connaît de nombreux bouleversements... et accueille toujours plus d'acteurs en quête de croissance.Pour les non-initiés, les...

Skoda Enyaq Coupé iV : à ciel ouvert

Vidéo

Skoda Enyaq Coupé iV : à ciel ouvert

La mobilité légère à hydrogène de Pragma Mobility disponible en LLD pour les pros

La mobilité légère à hydrogène de Pragma Mobility disponible en LLD pour les pros

Mobilité hydrogène : Hyvia cherche à séduire les collectivités locales avec son Master CityBus H2-Tech

Vidéo

Mobilité hydrogène : Hyvia cherche à séduire les collectivités locales avec son Master CityBus H2-Tech

Plus d'articles