Vidéo

[Vidéo] Essai - Mercedes-Benz EQA : intelligence électrique

Antonin Moriscot
[Vidéo] Essai - Mercedes-Benz EQA : intelligence électrique

[Vidéo] Essai - Mercedes-Benz EQA~: intelligence électrique

Quatre ans après l’arrivée de son premier modèle électrique dans la gamme – l’EQC –, Mercedes-Benz renouvelle l’expérience en électrifiant son SUV compact GLA qui devient ainsi EQA.

Que ce soit en nombre de modèles, de silhouettes ou de motorisations, jamais la gamme Mercedes-Benz n’a été aussi pléthorique. L’arrivée de l’EQA, un SUV compact 100 % électrique vient le confirmer. Si son intérieur comme sa ligne paraissent familiers – il s’agit d’un GLA rallongé de 5 cm –, certains éléments de design sont néanmoins spécifiques.

Le véhicule adopte une inédite calandre fermée Black Panel, des phares à LED retravaillés et reliés par une fibre optique horizontale à l’avant et un bandeau lumineux à l’arrière ainsi que de nouveaux boucliers. Pour l’aérodynamisme, de nouvelles jantes ont été créées.

Dans l’habitacle, le rétroéclairage des inserts décoratifs, la présence d’un menu EQ au sein du système multimédia (affiche du flux d’énergie et des consos, gestion de la recharge, …) et la présence de palettes au volant modifiant la force du freinage régénératif (de D- - à D +) sont exclusifs.

Gestion électrique intelligente

Ce qu’il y a de plus intéressant sur l’EQA se situe sous son capot et son châssis. Le modèle adopte un bloc de 140 kW (190 ch) couplé à une batterie lithium-ion de 66,5 kWh. De quoi parcourir jusqu’à 400 kilomètres entre deux charges. Dans un futur proche, l’EQA pourra aussi être livré en version 350 4Matic (transmission intégrale) avec deux moteurs répartis sur les trains avant et arrière offrant ainsi 215 kW, soit 292 ch de puissance cumulée.

Malgré un embonpoint d’environ 350 kg par rapport à un GLA thermique, l’EQA conserve le dynamisme caractéristique de ce modèle. Avec quatre modes de conduite et cinq niveaux de freinage régénératif, le visage de l’EQA change au gré des envies du conducteur… ou de ses besoins en autonomie. Bien vu, le mode D Auto aide « à adopter une conduite anticipative ». Grâce au GPS et aux remontées d’infos des multiples radars, le véhicule détermine s’il est préférable d’évoluer en mode croisière ou de freiner en relâchant l’accélérateur. Ce qui permet de renvoyer de l’énergie vers la batterie. Côté tarifs, le véhicule est bien placé dans la catégorie et doté d’un équipement généreux. Bémol toutefois, les packs d’options sont assez onéreux.

Nous vous recommandons

Essai - Mercedes-Benz Citan : une défense sans concession de l’Étoile

Vidéo

Essai - Mercedes-Benz Citan : une défense sans concession de l’Étoile

La nouvelle génération du Citan, le mini-fourgon de Mercedes-Benz Vans, a été conçue « à deux », avec Renault. Pour faire la différence avec le Kangoo, le constructeur allemand avait besoin que l’on retrouve, dans le confort, dans...

BMW Motorrad présente la déclinaison "police" de ses CE 04 et F 900 XR

BMW Motorrad présente la déclinaison "police" de ses CE 04 et F 900 XR

Le carrossier Kollé transforme le Renault Express Van en pick-up

Le carrossier Kollé transforme le Renault Express Van en pick-up

Essai - Volkswagen Arteon Shooting Brake : business class

Vidéo

Essai - Volkswagen Arteon Shooting Brake : business class

Plus d'articles