Vidéo

Essai - Seat Leon ST : utile et agréable

Antonin Moriscot

Sujets relatifs :

, ,
Essai - Seat Leon ST : utile et agréable

[Vidéo] Essai - Seat Leon ST : utile et agréable

Sur le segment des breaks compacts, les rares nouveautés de l’année sont signées Volkswagen Group, à l’image de cette deuxième génération de Leon ST qui affiche nombre de qualités à un tarif très concurrentiel.

Face à la déferlante de SUV, les breaks résistent encore en flottes. Et les constructeurs renouvellent leurs modèles, notamment sur le segment des compactes. Commercialisée depuis l’an dernier, la quatrième génération de Seat Leon est ainsi déclinée en berline cinq portes et dans cette variante Sportstourer.

Culminant à 4,64 mètres de long – soit 26 centimètres de plus que la berline – et disposant d’un porte à faux arrière plus généreux, ce break ST offre une très bonne habitabilité et surtout 620 litres de coffre. Une fois la banquette arrière 2/3-1/3 rabattue, formant un plancher plat, ce volume peut même atteindre 1 600 litres.

Côté design, la Leon Sportstourer n’a rien à voir avec un véhicule purement utilitaire. Le break compact reprend les lignes de la berline ainsi que sa signature lumineuse avant et arrière à LED parcourant toute la largeur du hayon, qui peut d’ailleurs être motorisé. L’aménagement intérieur est, lui aussi, strictement identique avec la présence d’un écran central tactile de 10 pouces et du Digital Cockpit de 10,25 pouces – dès le niveau Style Business – l’éclairage d’ambiance à LED filant des contreportes jusqu’au bas du pare-brise. Seuls bémols, certains raccourcis tactiles comme les commandes de ventilation ou d’éclairage peuvent être parfois délicats à manipuler, surtout dans l’obscurité.

Pour tous les budgets

Au chapitre motorisations, Seat propose une large palette répondant ainsi à de nombreux usages. La Leon ST se décline en thermique (essence ou diesel comme ici) ou en hybride rechargeable. Sous le capot de notre modèle d’essai, le quatre-cylindres 2.0 l TDI 150 ch couplé à la boîte automatique à double embrayage DSG 7 – bien connu dans l’ensemble du groupe Volkswagen – s’est montré volontaire. Cette association convient au gabarit du véhicule et à ses missions, comme avaler les kilomètres en étant chargé. L’agrément est bon et le confort au rendez-vous. Reste une filtration des aspérités de la route et une insonorisation perfectibles. Deux défauts compensés par un équipement généreux et des tarifs très bien placés pour la catégorie.

Nous vous recommandons

Essai - Audi A8 : grand huit !

Essai - Audi A8 : grand huit !

C'est un fait : l'Audi A8 est une grande voiture. Et pas seulement par la taille. Techniquement, elle est une véritable vitrine pour le constructeur allemand qui la décline, à l'occasion de son restylage, en hybride rechargeable 60...

24/05/2022 | AudiHybride rechargeable
Essai - Hyundai Ioniq 5 : électron libre !

Essai - Hyundai Ioniq 5 : électron libre !

Essai - Seat Ibiza : nouvelle jeunesse !

Essai - Seat Ibiza : nouvelle jeunesse !

Essai - DS Automobiles DS 4 : premium à la française

Vidéo

Essai - DS Automobiles DS 4 : premium à la française

Plus d'articles