Vidéo

(Vidéo) Essai - Volkswagen ID.5 : premium conquérant

(Vidéo) Essai - Volkswagen ID.5 : premium conquérant

Après la compacte ID.3, le SUV ID.4, le constructeur allemand lance sur le marché son premier SUV coupé électrique.

© Volkswagen

Au sommet de sa gamme électrique, Volkswagen dévoile l’ID.5. Un SUV coupé dont les prestations et l’autonomie autorisent un usage familial et presque au long cours.

Avec l’ID.5, Volkswagen s’est donné les moyens de convaincre davantage de conducteurs de bouder les moteurs thermiques. En adoptant les codes d’un grand coupé, ce SUV présente une ligne aérodynamique (Cx de 0,26). Ce design n’enlève rien aux occupants, y compris aux places arrière, accueillantes pour les grands gabarits. Quant au coffre de 549 litres, il offre une des meilleures capacités de la catégorie. À bord, la finition ne souffre aucun reproche et tant mieux car elle est identique sur tous les modèles. Pas de package business en vue mais la possibilité de personnaliser le véhicule par le jeu des options. Côté ergonomie, Volkswagen se démarque. Comme sur la famille ID., le sélecteur de transmission vient se nicher à droite derrière le volant. Quant au tableau de bord, il prend le contre-pied de la tendance aux grandes dalles avec un petit écran qui rassemble les informations principales.

Le tout est lisible mais demande une accoutumance lorsque le regard se reporte sur la grande dalle centrale de 12 pouces qui regroupe les paramètres de conduite et l’info-divertissement. Heureusement, l’ID.5 intègre un système d’affichage tête haute à réalité augmentée qui s’avère convaincant.

Grand voyageur

Dès les premiers tours de roue, l’ID.5 marque des points face à la concurrence, fût-elle primée, grâce à son confort de roulement. Les ingénieurs de Wolfburg ont gommé efficacement les 2 117 kg de ce SUV. Après un enchaînement de dos d’ânes et plusieurs centaines de kilomètres de bitume, les vertèbres ne finissent pas en miettes. Cette prévenance n’enlève rien aux qualités dynamiques de l’ID.5 qui fait bonne figure lorsque le rythme augmente et que la route sinue. Sur ce type de tracé, exigeant pour les batteries, nous avons relevé 18,8 kW, ce qui place l’autonomie réelle au-delà des 400 km. De quoi rallier sereinement la prochaine borne pour regagner 80 % de charge (à 135 kW) en 30 minutes.

Retrouvez l'intégralité de cet essai dans le numéro 277 du magazine L'Automobile & L'Entreprise

Nous vous recommandons

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Citroën ë-C4 / Volkswagen ID.3 : compactes branchées

Bien avant l’arrivée de la Renault Mégane E-Tech Electrique, et en attendant les futures Peugeot e-308 et DS 4 E-Tense, la seule compacte française à s’opposer à la Volkswagen ID.3, nouvelle référence du marché après avoir...

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Hyundai Tucson PHEV / Volkswagen Tiguan e-Hybrid : une question de priorités

[Essai] Les Matchs de la Rédaction - Hyundai Tucson PHEV / Volkswagen Tiguan e-Hybrid : une question de priorités

Le carrossier italien Caselani ressuscite les Citroën 2 CV Fourgonnette et Acadiane

Vu sur les réseaux sociaux

Le carrossier italien Caselani ressuscite les Citroën 2 CV Fourgonnette et Acadiane

Les réunions Teams embarquent en voiture avec Lynk & Co

Les réunions Teams embarquent en voiture avec Lynk & Co

Plus d'articles