Vidéo

[Vidéo] Essai - Volvo XC40 : sobriété urbaine

Jean-Philippe Arrouet

Sujets relatifs :

, ,
[Vidéo] Essai - Volvo XC40 : sobriété urbaine

[Vidéo] Essai - Volvo XC40 : sobriété urbaine

Volvo électrifie son XC40 grâce à une motorisation hybride rechargeable. Ainsi gréé, le SUV compact suédois atteint des consommations raisonnables et même une réelle sobriété en ville à condition de tirer parti du mode tout électrique.

Faut-il encore présenter le Volvo XC40 ? Voiture de l’année 2018 et best-seller de la marque suédoise, ce SUV allie un design réussi, une réelle qualité perçue à bord avec un comportement routier plaisant. Son défaut se situe à la sortie de l’échappement où les motorisations, essence comme diesel, rejettent trop de CO2 pour échapper au malus et à la TVS. La marque de Göteborg vient de lever ce handicap pour les flottes en proposant une version hybride rechargeable à 47 900 € en finition business.

Le châssis modulaire CMA a permis de glisser sous le capot un trois cylindres essence 1.5 L de 180 ch, épaulé par un moteur électrique délivrant 82 ch. L’ensemble accélère de 0 à 100 km/h en 7,3 secondes. Quant aux émissions de CO2, Volvo annonce 47 à 51 g/km (en WLTP désormais) sur un cycle mixte. Au chapitre de l’agrément à bord, le contrat est également rempli : le comportement routier est préservé et la batterie de 10,7 kWh, dissimulée dans le tunnel central, n’ampute ni le volume du coffre (dont le hayon électrique s’ouvre mains-libres) ni l’espace disponible à bord.

Electrico-friendly

Volvo revendique une consommation de 2 l à 2,2 l/100 km et une autonomie électrique comprise entre 40 et 45 km. Pour en avoir le cœur net, nous avons essayé ce XC40 en sélectionnant « hybride » parmi les cinq modes de conduite disponibles. Il privilégie le moteur électrique tout en autorisant le recours au thermique. Sur un parcours urbain, avec une circulation plutôt dense, l’énergie électrique est la seule utilisée tant que l’on roule normalement mais sans à-coups. Volvo facilite l’exercice grâce à une jauge qui indique le point de bascule d’un moteur sur l’autre.

Dans ces conditions, le SUV s’en sort bien : avec une autonomie électrique affichée à 40 km, nous en avons parcouru plus de cinquante soit 30 % de mieux. Une fois la batterie à plat, le trois cylindres essence prend le relai et les consommations redeviennent plus conventionnelles. En l’occurrence 5,4 l/100 km avec une deuxième partie de notre trajet sur route et autoroute.

Retrouvez notre essai dans le numéro 254 (avril 2020) de L’Automobile & L’Entreprise .

Nous vous recommandons

Le constructeur de voitures solaires Lightyear stoppe la production de la berline 0

Le constructeur de voitures solaires Lightyear stoppe la production de la berline 0

La grande berline électrique et solaire Lightyear 0 ne sera finalement pas produite en série indique le constructeur néerlandais, tandis que l'entreprise Atlas Technologies B.V. a été placée en cessation de paiement.La réalité de...

Renault confirme le lancement d'une nouvelle génération d'Espace en 2024

Vidéo

Renault confirme le lancement d'une nouvelle génération d'Espace en 2024

Le SUV familial Seres 5 se dévoile officiellement au salon de Bruxelles

Le SUV familial Seres 5 se dévoile officiellement au salon de Bruxelles

L'astuce de Mazda pour relancer la carrière de son SUV électrique MX-30

Vidéo

L'astuce de Mazda pour relancer la carrière de son SUV électrique MX-30

Plus d'articles