Volkswagen Group France débute 2023 avec un portefeuille de 110 000 commandes VN

Alexandre Guillet

Mis à jour le à

Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Volkswagen Group France débute 2023 avec un portefeuille de 110 000 commandes VN

Volkswagen Group France aborde 2023 avec confiance et table sur un marché VPN de 1,8 million d'unités, au-dessus de nombreux analystes.

© Volkswagen Group

Lors d’une présentation destinée à faire le bilan de 2022 et à évoquer 2023, Xavier Chardon, président de Volkswagen Group France, s’est montré plutôt satisfait et confiant, même si l’exercice écoulé a réservé son lot de turbulences.  

« L’année 2022 a été difficile comme chacun sait », lance en guise de préambule Xavier Chardon, président de Volkswagen Group France, avant de souligner les « bonnes performances des marques premium à l’échelle mondiale », en reconnaissant que le groupe avait choisi de les servir en premier pour soigner sa marge. Il n’a pas caché que tel n’avait pas été le cas pour Seat et Skoda, par exemple.

Au niveau des grandes régions mondiales, l’Europe de l’Ouest et la Chine sont restées les principaux marchés, tandis qu’aux Amériques, la situation a été plus compliquée, en Amérique du Nord et surtout en Amérique du Sud.

Le groupe Volkswagen veut retravailler la qualité de ses produits

Xavier Chardon a aussi évoqué la nouvelle ligne de management dictée par Oliver Blume qui la décline en dix priorités. Le « planning round » ou comment financer la transition électrique et l’essor du software. Le volet « Produits », avec une remise au premier plan de la qualité, « nous avons perdu en performances sur ce point avec le Covid et les nouveaux défis du software, nous faisons donc un retour aux fondamentaux des années Martin Winterkorn », dixit Xavier Chardon, et du design pour chercher à transmettre plus de passion et d’émotion, au sein de la marque Volkswagen, par exemple. Bien entendu, l’électrification s’accélère et parmi les points positifs de 2022, on trouve la croissance de 26 % sur le VE, à 572 000 ventes.

Favoriser les partenariats sur l'expertise logicielle

Au niveau des « Régions », Oliver Blume veut consolider le groupe en Chine, en ayant à l’esprit que les cartes sont rebattues sur ce marché et qu’il faut faire face à de nouveaux concurrents, BYD étant cité. En Amérique du Nord, éternel talon d’Achille du groupe, il faudra trouver un nouveau souffle et le revival de la marque Scout, qui proposera des SUV et des pick-up électriques, doit y participer.

Au niveau de Cariad, l’unité de logiciels qui a posé d’importants problèmes au groupe ces derniers mois, entraînant le report de plusieurs lancements et accélérant la chute d’Herbert Diess, Volkswagen veut jouer l’ouverture et ne plus chercher à tout faire seul. Par exemple, sur le fornt de l’autonomisation de la conduite, de nouveaux partenariats avec Bosch et Horizon Robotics (ce dernier venant de signer un accord avec… BYD) vont se déployer.

Des IPO virtuelles sur toutes les marques pour mesurer leur valeur

Au niveau de la stratégie industrielle, la plateforme SSP validée, tandis que pour le triptyque « Batteries/Recharge/Energie », des investissements colossaux sont confirmés, voire renforcés. Powerco soulève notamment de grandes attentes pour sécuriser la production des batteries (usines en Allemagne, en Espagne, etc.). Le groupe s’attache aussi au développement de nouvelles solutions de mobilités, avec un nouveau moteur grâce à l’intégration d’Europcar Mobility Group, qui permettra d’aller au-delà du leasing classique et de faire fructifier des offres plus flexibles, de courte durée, d’abonnement.

Le volet de la « Responsabilité » (RSE) fait naturellement partie des dix priorités, tout comme celui de la valorisation boursière. Porsche a réussi son IPO et des IPO virtuelles sont appliquées aux autres marques pour mesurer leur valeur.

Un niveau de commandes bien orienté grâce à une bonne fin d'année

Xavier Chardon s’est ensuite focalisé sur son marché, la France. La marque Volkswagen atterrit à 12,5 % de parts de marché, en léger recul, mais la situation globale est positive. Pour Audi, le bilan est plus contrasté, la marque ayant subi les perturbations de production. Il en va de même pour Seat et Cupra, tandis que Skoda est au top et que Volkswagen VU tient son cap. Ces disparités entre mes marques se sont accompagnées d’une année avec de fortes variations de performances au gré des trimestres. « Nous avons livré 30 000 BEV et PHEV, avec une belle montée en puissance entre le premier et le dernier trimestre (plus de 12 % de part de marché sur les véhicules électrifiés en France au quatrième trimestre) », ajoute-t-il. Et de poursuivre : « Sur le marché des commandes, notre part de marché progresse, pour s’établir à 14 % au quatrième trimestre, après un début d’année difficile ».

Le contrat d'agence à l'agenda de toutes les marques du groupe Volkswagen en 2023

Après des galops d’essai chez Cupra et Volkswagen VU, 2023 verra aussi le déploiement du contrat d’agence, « donc notre capacité à vendre directement au client final », s’effectuer dans les autres marques. « 100 % de nos partenaires ont signé ce contrat, mais il reste à le mettre en musique dans tous ces détails et à lever les doutes qui peuvent subsister », précise Xavier Chardon.

En 2022, au niveau de l’après-vente et des pièces de rechange, le chiffre d’affaires a progressé de 8 %. Les résultats sont bons aussi sur le VO, malgré un marché complexe, « 212 000 livraisons, dont 155 000 sous nos labels ». « Nous avons réduit nos ventes à marchands et nous nous concentrons maintenant sur le lancement de nos nouveaux labels cette année. Nous quittons le pavillon Das Welt Auto pour offrir à chaque marque son label et ses prestations spécifiques », commente Xavier Chardon, qui ajoute qu’une unité de reconditionnement de VO verra le jour en avril 2023 : « Une unité, pas une usine, car nous placerons le curseur de notre capacité mensuelle entre 350 à 400 véhicules. Il s’agit de soulager nos concessionnaires de cette activité pour qu’ils se focalisent pleinement sur l’expérience clients ».

Enfin, il précise que la rentabilité moyenne des réseaux est bonne, au-dessus de 1,5 % (1,1 % en 2021 et 0,5 % en 2020), grâce au VN, bien sûr, mais aussi à l’après-vente et au VO, d’ailleurs au-dessus de la rentabilité VN. Les réseaux vont donc pouvoir continuer à investir aux côtés du groupe. 300 superchargers (150 kWh au minimum et ouverts 7j/7) seront ainsi mis en service d’ici à la fin de 2023 en France, un projet qui bénéficie des aides de l’Ademe. Simultanément, le développement des centres de réparation de batteries va se poursuivre, afin d’accompagner la croissance des ventes de VE et de border la satisfaction des clients.

Nous vous recommandons

Le réseau Mazda a signé les objectifs de ventes 2023 de la marque

Le réseau Mazda a signé les objectifs de ventes 2023 de la marque

En visant secrètement plus, Mazda table sur un volume de 10 000 ventes de voitures neuves en France en 2023. Son président, Laurent Thézée, explique aussi que la marque va aider son réseau au premier semestre pour amorcer un retour à...

08/02/2023 | ConcessionMarché France
BMW rajeunit les X5 et X6

BMW rajeunit les X5 et X6

Jeep lance la production de l'Avenger, voiture européenne de l'année

Jeep lance la production de l'Avenger, voiture européenne de l'année

Lancia signe son renouveau à Milan

Lancia signe son renouveau à Milan

Plus d'articles