Volkswagen Group France confirme un contrat d'agence « non-genuine » pour ses réseaux

Volkswagen Group France confirme un contrat d'agence « non-genuine » pour ses réseaux

Le groupe Volkswagen proposera un contrat d'agence « non-genuine » à ses réseaux d'ici à la fin 2022.

© Volkswagen AG

Malgré une baisse de 25 % de ses volumes au premier semestre, le groupe Volkswagen maintient sa rentabilité et reste optimiste pour le second semestre. Le premier importateur en France a profité d'un point presse pour confirmer la mise en place, d'ici à la fin 2022, d'un contrat d'agence « non-genuine » pour ses réseaux commercialisant des véhicules électriques.

Xavier Chardon, président du directoire de Volkswagen Group France, a rappelé, lors de la présentation des résultats du premier semestre, « le développement gagnant de trois piliers : la rentabilité au niveau du véhicule neuf, les véhicules d’occasion et la pièce de rechange ».

Malgré une baisse de 25 % de ses volumes au premier semestre 2022, le groupe Volkswagen récolte les fruits de son travail sur la rentabilité. Le premier importateur envisage un meilleur second semestre avec la reprise de la production dans ses usines. À fin mai 2022, le groupe enregistre une baisse en volume de 28 % dans le monde (- 22,5 % pour le premium et - 28 % en moyenne pour les marques généralistes Volkswagen, Seat, Cupra et Skoda).

Contrat d’agence : un contrat « non-genuine » avec prix non fixe

Lors ce point presse, le groupe a tenu à faire une mise au point au sujet du contrat d'agence. Il a rappelé que le choix du contrat d’agence était confirmé et répondait au besoin du client d’avoir une transparence sur les prix et qu'il s'orientait vers un contrat « non-genuine » avec établissement du prix final par l'agent. Rappelons que ce type de contrat fait l'objet d'intenses débats au niveau européen. Le Cecra ayant encore récemment déclaré que « les faux-contrats » d'agence (non-genuine) pourraient à terme être assimilés à une pratique anticoncurrentielle. La question essentielle entre les types de contrats d'agence étant la fixation du prix final.

Avec ce contrat, l'agent ne portera plus les stocks et la logistique alors que le concessionnaire portera encore les forces de vente et le support du client en front-office avec la rémunération du vendeur ainsi que le marketing local qui ne sera plus obligatoire. Ce qui passera aussi par le respect des standards du constructeur.

Vincent Montoux, directeur du groupe Suma et président du groupement des concessionnaires Audi et regroupant le conseil de l’ensemble des marques, a rappelé : « Nous partageons l’analyse du constructeur », a-t-il rappelé. « Cette transition doit se passer le mieux possible tout en axant nos raisonnements en fonction du client final ». Et d'ajouter : « Au niveau de la rémunération, il a été acté par Volkswagen que celle-ci sera équivalente à la marge que nous avions lors du contrat sélectif ».

« Ce système permettra d’avoir plus de transparence, a rappelé Xavier Chardon. On se rend compte de l’arrivée de la concurrence extérieure sur nos activités. Ce contrat nous permet d’avoir accès à une meilleure connaissance du client. Il faudra enfin réduire les coûts de structure chez nos partenaires ».

Rappelons que ce nouveau contrat « non-genuine » sera appliqué aux véhicules électriques uniquement et harmonisé pour les cinq marques. La détermination du prix sera possible et pourra varier lors des transactions.

Accélération sur l'électrique

Coté produits, le groupe allemand démarre la production de sa berline électrique ID.Aero. Le groupe Volkswagen déroule un plan produit full électrique très ambitieux. Sans oublier l’ouverture d’une gigafactory à Valence (Espagne) et une autre basée à Salzgitter (Allemagne). D'ici à 2030, le groupe disposera de six usines pour fabriquer des batteries électriques.

En France, la marque accélère son réseau de chargeurs. Aujourd'hui, elle dispose de 20 super chargeurs et compte atteindre les 60 super chargeurs en 2022 et les 200 sites en 2023. La réparation des batteries est possible sur 20 centres. Le groupe a également lancé en ce début juillet Shargy. Ce service autour de la recharge électrique permet aux particuliers de partager des solutions de recharge entre eux. Enfin côté recrutements, sur les 1 000 embauches prévues par Volkswagen Groupe France cette année, 240 collaborateurs ont été d’ores et déjà recrutés.

Un travail sur la rentabilité de trois piliers

En France, sur un marché en baisse de 17 %, le groupe Volkswagen accuse un repli de 25 % pour une part de marché de 12,2 % (- 1,5 point). Les volumes tactiques du constructeur sont en baisse (- 43 %), dont - 65 % sur la seule location courte durée. Le groupe souhaite privilégier bien sûr les canaux les plus rentables, à savoir les particuliers et le BtoB. Avec un prix moyen de 32 800 euros, le groupe affiche une progression de 6 % par rapport à 2021. Dans ce contexte assez compliqué, « nous avons une rentabilité record au premier semestre à 1,1 point (contre 0,5 % en 2021). Cela montre notre capacité de résilience ».

Le ratio VOP/VN est de 79 %, soit une progression de trois points par rapport à 2021. Le label Das Welt Auto permet d’aller chercher du sourcing en Europe. Au niveau des services, les contrats d’extension de garantie sont en hausse, tandis que le financement gagne 6 points à 54 % de pénétration.

Au niveau du portefeuille de commandes, celui-ci est évalué à 100 000 clients qui attendent leur véhicule toutes marques confondues. « Nous allons avoir de meilleures nouvelles au second semestre, explique Xavier Chardon. Les productions du groupe seront supérieures, ce qui influera sur nos parts de marché ».

Volkswagen : 6,1% de parts de marché

À fin juin, la marque Volkswagen enregistre une part de marché de 6,1 % tout en ayant des commandes en progression de + 20 % et des ventes VO Das Welt Auto également en hausse (+ 5 %). Le chiffre d’affaires pièces de rechange est, lui aussi, en progression de + 12 % pour une rentabilité réseau de 1,1 % sur cette première partie de l’année 2022.

Après l’ID.5 et ID.5 GTX, la marque lancera l’ID.Buzz en fin d’année. L’ID.Aero, une berline électrique, sera, elle, commercialisée en 2023. L’autonomie annoncée sur ce véhicule est de 620 km. La marque poursuit dans le même temps la digitalisation de ses points de vente : trois sites pilotes seront proposés à partir de fin juillet 2022. Au niveau de la recharge, la marque dispose aujourd’hui de 450 points via son réseau.

La marque poursuit également la simplification de sa gamme en passant de 1 261 options en 2022 à 513 options en 2023. L’objectif étant de faciliter la digitalisation des ventes. Le constructeur développe aussi les formules de location flexibles avec des changements possibles de modèles en cours de contrat.

Audi : numéro un sur le canal des particuliers à fin juin 2022

La marque premium du groupe Volkswagen est la première marque premium sur le canal des particuliers et sur le segment des petites sociétés. Il convient de souligner que les délais de livraison garantis par Audi sont de quatre à huit mois et que la vente sur stock représente 50 % des ventes. La marque a simplifié sa gamme en réduisant les options de 25 %.

Enfin, la nouvelle A3 Allstreet sera lancée à la fin de l’été. Un programme pour les sociétés, baptisé Scale, a également été mis en place pour regrouper tous les services à destination du BtoB. Un professionnel peut poser des questions sur la fiscalité, par exemple.

Cupra crée un pôle de mobilité électrique en Espagne

Rappelons que la marque Cupra va créer un pôle de mobilité électrique en Espagne pour un investissement de 2,2 milliards d’euros. Trois nouveaux modèles seront proposés à l’horizon 2025. L’objectif sera d’aller chercher un volume de 500 000 unités. À fin juin 2022, on dénombre 115 sites Cupra.

Enfin, la part de marché de Skoda sur les premiers mois de l'année est de 1,9 % et son réseau affiche une rentabilité de 1 %. Au niveau du financement, la pénétration de la captive est de 70 % contre 46 % en 2019.

Nous vous recommandons

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement débloque 100 millions d'euros pour accompagner la filière auto dans ses mutations

Le Gouvernement annonce le lancement de « Rebond Industriel ». Ce dispositif a pour but d'accompagner les territoires concernés par les transformations de la filière automobile.Le ministre de l'Économie des finances de la souveraineté...

Auto Infos vous souhaite de bonnes vacances !

Auto Infos vous souhaite de bonnes vacances !

Jean Lain Mobilités s’empare des mobilités urbaines

Reportage

Jean Lain Mobilités s’empare des mobilités urbaines

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

DBT en forte croissance grâce à ses bornes de recharge électrique

Plus d'articles