ZF accompagne les réparateurs sur l'embrayage piloté

Jean-Marc Gervasio

Sujets relatifs :

,
ZF accompagne les réparateurs sur l'embrayage piloté

ZF accompagne les réparateurs sur l'embrayage piloté

Sans devenir un véritable standard sur le marché automobile européen, les boîtes de vitesses robotisées représentent, les années de commercialisation aidant, un parc de véhicules significatif. Bien que piloté par une gestion électronique performante, l’embrayage présent sur ce type de boîte demeure classique et sujet à l’usure du kilométrage. Pour leurs interventions sur ces composants, ZF souhaite accompagner les professionnels aussi bien en leur fournissant les pièces nécessaires qu’en leur prodiguant des conseils avisés.

Développées il y a une vingtaine d’années, les boîtes de vitesses robotisées ont été proposées par plusieurs constructeurs automobiles comme une alternative économique aux coûteuses transmissions automatiques hydrauliques à convertisseur de couple. Moins complexes et plus accessibles financièrement, ces boîtes sont construites sur la base d’une boîte de vitesses traditionnelle à embrayage sec classique, sur laquelle ont été ajoutés des actionneurs hydrauliques ou électriques chargés de coordonner la sélection des rapports avec la commande précise et subtile de l’embrayage.

Bien que la technologie soit fondamentalement identique à celle des transmissions manuelles, quelques différences importantes doivent être prises en compte lors des interventions pour éviter des problèmes au niveau du système d’embrayage. De manière générale, les embrayages pilotés sont fiables et moins sujets aux défaillances puisque ceux-ci sont actionnés par des systèmes de commande électronique excluant tout intervention inopinée du conducteur. Pourtant, malgré sa robustesse, l’embrayage piloté peut être sujet à l’usure, entraînant des effets tels que de mauvais débrayages, voire une surchauffe si celui-ci patine excessivement.

Compte tenu de la complexité du fonctionnement d’une boîte de vitesses robotisée, celle-ci réclame, notamment dans le cadre du remplacement de l’embrayage (élément d’usure majeur), d’utiliser des pièces de rechange de qualité d’origine et de respecter le mode opératoire prescrit par le constructeur.

Avant toute intervention, ZF préconise de bien contrôler l’ensemble des composants impliqués dans le fonctionnement de l’embrayage et de sa commande. L’équipementier précise aux réparateurs que l’actionneur de l’embrayage, qui assume le pilotage de la fonction, peut – même si cela est plus rare – être défectueux.
Dans ce cas, le remplacement de l’actionneur s’opère dans son intégralité. Le mécanicien devra ensuite procéder à la reconfiguration du montage avec un appareil de diagnostic qui, branché à l’électronique de gestion, pourra configurer l’embrayage neuf avec le réglage précis de son point de patinage.

Nous vous recommandons

Palmaires du premier challenge « Excellence » 1,2,3 AutoService

Concours

Palmaires du premier challenge « Excellence » 1,2,3 AutoService

Il y a quelques semaines, Doyen Auto et son réseau de distribution API ont organisé le premier challenge concernant les adhérents du réseau de réparation 1,2,3 AutoService. En voici le palmarès.En partenariat avec la presse...

24/01/2022 | Après-venteRéseaux
Autel combine banc de géo et banc Adas

Autel combine banc de géo et banc Adas

Hankook presente à son tour son pneu sans air

Hankook presente à son tour son pneu sans air

Point S fait du vitrage un service stratégique

Point S fait du vitrage un service stratégique

Plus d'articles