ZFE-m : «~Une écologie brutale et punitive~», dénonce la Feda

Sujets relatifs :

, ,
ZFE-m : «~Une écologie brutale et punitive~», dénonce la Feda

ZFE-m : «~Une écologie brutale et punitive~», dénonce la Feda

Alors que la zone à faibles émissions (ZFE-m) du Grand Paris passe un nouveau cap ce mardi 1er juin en interdisant l’accès aux véhicules Crit’Air 4 à l’intérieur de l’A86, la Fédération de la distribution automobile (Feda) s’inquiète du caractère brutal des mesures induites par l’instauration de ces zones. Dénonçant « une écologie punitive », elle invite les candidats aux élections régionales à « assouplir les règles actuelles ».

Dans une tribune publiée sur Les Echos hier, lundi 31 mai, Mathieu Séguran, délégué général de l’organisation professionnelle, « met en garde les candidats sur le risque bien réel de créer de véritables zones d’exclusion, reléguant à leurs marges des populations qui n’auraient plus accès au cœur des métropoles. » Il écrit : « Le pays se déconfine, mais la menace d’un autre confinement, social et économique, se profile. Celui-là risque d’être permanent. Entre 2021 et 2024, l’instauration à marche forcée des zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) va interdire l’accès aux métropoles à 75 % des véhicules actuellement en circulation ». Déjà mis en œuvre ou en cours de déploiement dans dix métropoles à la suite de l’adoption de la loi d’orientation des mobilités (LOM) fin 2019, rappelons que ces dispositifs seront étendus à 35 agglomérations supplémentaires d’ici à 2024 si le projet de loi Climat et résilience est adopté en l’état.

- À lire aussi : Renforcement de la ZFE du Grand Paris dès demain : quelles dérogations pour les professionnels ?

Selon Mathieu Séguran, « les ZFE-m risquent de compliquer gravement le retour à l’emploi, l’accès à la santé et à la culture, particulièrement pour les classes moyennes et populaires, celles qui paient déjà les conséquences des crises successives au prix fort. Certes, les Français affichent majoritairement un soutien aux mesures visant à améliorer la qualité de l’air, mais cette préoccupation légitime ne justifie pas une écologie brutale et punitive ». Et de poursuivre : « Le gouvernement s’obstine à forcer le renouvellement des véhicules plutôt que de favoriser leur bon entretien, gage de qualité environnementale préservée. Il enferme de fait les Français dans une logique consumériste, y compris en se débarrassant de modèles récents. Tout ceci va à l’encontre de la démarche environnementale portée initialement ».

Pour conclure, a Feda appelle les futurs élus « à prendre, dès leur élection, les mesures nécessaires pour corriger les excès évidents de ce dispositif et accompagner de manière massive les Français dans une transition progressive. »

Nous vous recommandons

Jean-Dominique Senard : « Renault est en train de rebondir sous la houlette de Luca de Meo malgré un contexte difficile »

Jean-Dominique Senard : « Renault est en train de rebondir sous la houlette de Luca de Meo malgré un contexte difficile »

Dans le cadre du plan Renaulution, le projet Refactory s’inscrit au cœur de la stratégie de développement industriel et durable engagée par le groupe. Celui-ci a vocation à être déployé plus largement en Europe, comme au sein de...

1 000 km en Hyundai Nexo : l'hydrogène plus fort que le gazole ?

Événement

1 000 km en Hyundai Nexo : l'hydrogène plus fort que le gazole ?

Ionity inaugure sa 83e station de recharge en France

Ionity inaugure sa 83e station de recharge en France

Shell et Nio signent un accord de partenariat très ambitieux

Shell et Nio signent un accord de partenariat très ambitieux

Plus d'articles