ZFE : quelles évolutions depuis le 1er juillet (Paris, Lyon, Grenoble, Montpellier...) ?

Leslie Auzèmery

Sujets relatifs :

, ,
ZFE : quelles évolutions depuis le 1er juillet (Paris, Lyon, Grenoble, Montpellier...) ?

© Lucas Frangella - Métropole de Grenoble

[Mis à jour le 13 juillet 2022] Le 1er juillet 2022 marquera une étape supplémentaire dans la mise en place des zones à faibles émissions pour un certain nombre de villes françaises. Si Paris a décidé de reporter l'interdiction des véhicules Crit'Air 3 à juillet 2023, Grenoble, Lyon ou encore Rouen sont en ordre de marche.

Depuis plusieurs mois, et notamment l'adoption de la loi Climat et résilience, les zones à faibles émissions (ou ZFE) font couler beaucoup d'encre. Où en sommes-nous exactement ? Quels sont les territoires déjà concernés et les prochaines échéances attendues ? Alors que des évolutions sont intervenues au 1er juillet, il est temps de faire le point.

En effet, depuis le 1er juillet, un certain nombre de villes ont fait évoluer leur dispositif. Ainsi, sur le territoire de Grenoble Alpes Métropole, ce sont les véhicules utilitaires et poids lourds Crit'Air 3 qui sont interdits de circuler dans le périmètre défini, qui rappelons-le concerne 27 communes. Montpellier a également donné le top départ de sa zone à faibles émissions interdisant sur 11 communes les véhicules particuliers non classés ainsi que les VUL et PL Crit'Air 5 et NC.

Dans d'autres collectivités, des reports sont intervenus. Pour la ZFE de Rouen-Normandie, l'ensemble des véhicules particuliers Crit'Air 4, 5 et NC ne devaient plus circuler au 1er juillet, tout comme les VUL et PL de même classe interdits depuis janvier. Cette échéance a toutefois été reportée mais de deux mois seulement, pour entrer en vigueur au 1er septembre. Il en est de même pour le Grand Lyon, qui verra intervenir l'interdiction des véhicules particuliers Crit'Air 5 et NC, en plus de l'interdiction des VUL et PL Crit'Air 3 déjà en vigueur.

Enfin, concernant le Grand-Paris dont les ambitions ont toujours été importantes et où l'interdiction des voitures Crit'Air 3 à l'intérieur de l'autoroute A86 était attendue au 1er juillet 2022, le conseil de la métropole a finalement reporté cette échéance au 1er juillet 2023. Reste à savoir si ce décalage impactera aussi la suite : l’interdiction faite aux véhicules Crit’Air 2 à partir de janvier 2024 pile à temps pour les Jeux Olympiques...

Voici un tableau récapitulatif des principaux changements observés à juillet 2022 :

Nom de la ZFE
Évolution au 1er juillet 2022
Périmètre
Nombre de véhicules concernés à la prochaine échéance*
Paris et Grand Paris Report de l'interdiction des véhicules Crit'Air 3 au 1er juillet 2023. 79 communes, du lundi au vendredi de 8h à 20h (sauf jours fériés) 925 528 véhicules, dont 83 052 VUL.
Grenoble Alpes Métropole Interdiction des VUL et PL Crit'Air 3. 27 communes, 7j/7, 24h/24. 10 257 VUL.
Grand Lyon Report de l'interdiction de tous les véhicules Crit'Air 5 et NC, en plus de l'interdiction VUL et PL Crit'Air 3 déjà en vigueur,  au 1er septembre 2022. 5 communes, 7j/7, 24h/24. 22 379 VP et 23 364 VUL.
Rouen-Normandie

Report de l'interdiction de tous les véhicules particuliers Crit'Air 4, 5 et NC, en plus des VUL et PL Crit'Air 4, 5 et NC appartenant à des personnes morales, au 1er septembre 2022.

13 communes, 7j/7, 24h/24. 36 469 VP et VUL.
Montpellier Interdiction des véhicules particuliers NC (non classés) ainsi que des VUL et PL NC et Crit'Air 5. 11 communes de la métropole, 7j/7, 24h/24. 6 246 VP et 2 604 VUL.
*données issues du site dataviz.statistiques.developpement-durable.gouv.fr ne prenant pas en compte le renouvellement naturel du parc.

Des aides... et des sanctions

Pour accompagner les particuliers et professionnels dans cette transition, des subventions sont disponibles au niveau local. Elles s'ajoutent aux différentes aides nationales (bonus écologique, prime à la conversion...). Concernant les sanctions encourues, pour les conducteurs (entreprises ou particuliers) qui viendraient à ne pas respecter les restrictions de circulation, l’infraction est punie d’une amende de 68 euros forfaitaire, 135 euros pour les véhicules lourds. L’opposition d’une vignette autre que celle correspondant aux caractéristiques du véhicule est sanctionnée d’une contravention de classe 4 (soit de 135 à 750 euros). En outre, lesdites infractions peuvent entraîner l’immobilisation du véhicule et son placement en fourrière. Et si jusqu’à maintenant, la répression des véhicules restait subordonnée et limitée à la constatation par des agents sur le terrain, face au faible taux de verbalisation, la constatation des infractions peut désormais intervenir avec ou sans interception, par la vidéo-verbalisation et le contrôle automatisé mais cela reste encore rarement mis en place.

Nous vous recommandons

Voiture sans permis : une mode peut-être, une réelle utilité sans aucun doute !

Voiture sans permis : une mode peut-être, une réelle utilité sans aucun doute !

Les années 2020 voient la voiture sans permis prendre des galons. Longtemps objet de dérision, réservée aux seniors pour circuler en ville et plus encore en milieu rural, mais aussi aux conducteurs privés de leur permis, elle s’est...

XCharge innove avec une borne de recharge rapide à stockage intégré

XCharge innove avec une borne de recharge rapide à stockage intégré

Ces territoires de France où le covoiturage rencontre du succès

Infographie

Ces territoires de France où le covoiturage rencontre du succès

Plan de mobilité : wever s'occupe de tout !

Plan de mobilité : wever s'occupe de tout !

Plus d'articles