Bruno Le Maire déplafonne le malus pour financer les équipementiers en péril

Publié le par

Bruno Le Maire a annoncé le déplafonnement du malus automobile en 2020 dans le cadre de la journée de la filière automobile. Les fonds ainsi récoltés seront attribués aux équipementiers et sous-traitants en difficulté, soit 50 millions d’euros selon les prévisions du ministère.

Bruno Le Maire déplafonne le malus pour financer les équipementiers en péril

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé plusieurs mesures en faveur de l’industrie automobile à l’occasion de la journée de la filière automobile, organisée avec la PFA. Le ministre n’a pas manqué de rappeler les dispositions prises par le gouvernement ces derniers mois pour soutenir l’automobile au sens large. Les principales décisions annoncées aujourd’hui concernent le déplafonnement du malus automobile. Pour Bruno Le Maire, « c’est une question de justice : il n’y a pas de raison que certains Français fassent des efforts en achetant des véhicules hybrides ou électriques et qu’en même temps les rejets de CO2 augmentent car le nombre de véhicules les plus émetteurs se multiplie ». De tels propos démontrent bien l’aspect politique des décisions révélées aujourd’hui. Le déplafonnement du malus pour les véhicules émettant plus de 172 grammes de CO2 devrait rapporter 50 millions d’euros selon le ministère. Cette somme sera consacrée au soutien des sous-traitants et équipementiers en difficulté. Ces aides prendront la forme d’un fonds de 25 millions d’euros qui leur sera dédié. Un deuxième fonds de garantie des prêts, doté lui-aussi de 25 millions d’euros, devrait permettre de générer jusqu’à 200 millions d’euros de prêts garantis. Les entreprises les plus fragilisées devront donc prier pour que les sommes générées par ce déplafonnement correspondent aux prévisions du ministère… Elles pourront également remercier au passage la distribution automobile, qui collectera ces financements pour eux.

Rapatrier la production en France

Bruno Le Maire a également souligné la volonté du gouvernement de rapatrier en France la production de modèles importants comme la Renault Clio et la Peugeot 208. Pour y parvenir, le ministre a annoncé une baisse des impôts de production. Une baisse qui devrait débuter pendant le quinquennat selon Bruno Le Maire, qui souhaite également « tracer une trajectoire de baisse sur dix ans ». L’avenir politique dira si ce genre de déclaration se traduira en actes. En attendant, le ministre souhaite « de la visibilité sur le niveau de production en France ». La filière automobile appréciera sans doute cette demande de visibilité, elle qui réclame la même chose depuis plusieurs années dans le domaine fiscal. Pour définir les modalités de ces relocalisations et améliorer les relations entre donneurs d’ordres et sous-traitants, il a donc nommé Hervé Guyot afin de mener une mission auprès des constructeurs. Cet ancien directeur de la stratégie chez Faurecia devra remettre ses premières conclusions en début d’année prochaine et son rapport définitif au printemps 2020.

Crédit photo : compte Twitter de Bruno Le Maire

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos