Contrôle technique : le CNPA propose d’aligner le calendrier des véhicules utilitaires légers sur celui des poids lourds

Publié le par

Près de la moitié des VUL ayant effectué leur contrôle technique réglementaire en 2019 n’ont pas réalisé leur contrôle pollution en 2020, s’exonérant ainsi de leurs obligations réglementaires. Face à ce constat, le CNPA propose d’aligner le calendrier de contrôle technique des VUL sur celui des poids lourds.

© Pixabay
© Pixabay

L’organisme technique central (OTC) en charge de la collecte et du traitement des informations statistiques du contrôle technique vient de publier le bilan d’activité pour l’année 2020. Une fois n’est pas coutume, les chiffres du contrôle technique des véhicules utilitaires légers (VUL) sont particulièrement préoccupants. Près de la moitié des VUL ayant effectué leur contrôle technique réglementaire en 2019 n’ont pas réalisé leur contrôle pollution en 2020, s’exonérant ainsi de leurs obligations réglementaires.

Un nouveau calendrier du contrôle technique : 2/1/1 aligné sur le PL

Face à ce constat, le CNPA propose d’aligner le calendrier de contrôle technique des véhicules utilitaires légers sur celui des poids lourds, à savoir 2/1/1, afin d’améliorer la sécurité routière, de réduire les émissions polluantes et d’allonger la durée de vie de ces véhicules.

« Il s’agit d’un enjeu majeur dans un contexte de mise en place progressive des zones à faibles émissions, qui ont vocation à préserver la qualité de l’air dans les centres-villes en luttant contre les émissions polluantes issues du secteur du transport de personnes et de marchandises », rappelle le syndicat de la branche aval des services de l’automobile.

Léger rebond malgré la crise

Malgré la crise sanitaire, le marché du contrôle technique des véhicules légers connaît en 2020 un léger rebond de 0,7 % par rapport à 2019, qui avait elle-même enregistré une baisse record de - 2,76 %. Cette légère hausse ne suffit donc pas à retrouver un niveau conforme à l’évolution du parc. Avec moins de 25 millions de contrôles techniques réalisés en 2020, le marché est bien en-dessous du niveau de 2018, avec près de 800 000 contrôles de moins (- 3,56 %).

Contrôle des VUL : des chiffres inquiétants

Le phénomène d’évitement est particulièrement marqué en 2020 en ce qui concerne le contrôle pollution des VUL. Conformément à la réglementation en vigueur, les véhicules utilitaires sont soumis à un contrôle technique réglementaire tous les deux ans et, en complément, à un contrôle anti-pollution entre ces deux contrôles.

Alors qu’ils ont été près de 2,5 millions de VUL à passer leur contrôle technique réglementaire en 2019, ils ont été à peine plus de la moitié à passer leur contrôle complémentaire pollution en 2020 (1 245 880 contrôles pollution). Cette tendance se confirme d’année en année. En 2020, le nombre de contrôles anti-pollution réalisés est en baisse de 21,4 % par rapport à 2019.

L’état du parc des VUL se dégrade

Le parc de véhicules utilitaires nécessite un entretien très régulier, lié à son usage intensif (amplitude quotidienne, fort kilométrage, conditions extérieures sur chantier, surcharge, changement fréquent de conducteur, etc.). Les taux de contre-visite en témoignent : les véhicules utilitaires de moins de quatre ans ont un taux de contre-visite de 10,48 % (dont 0,41 % en critique) quand les véhicules particuliers sont à 4,28 %. Entre quatre et sept ans, le taux atteint déjà 14,29 % (dont 0,37 % en critique) contre 7,23 % pour les VP. De sept à dix ans, le taux de contre-visite culmine à 18,75 % (dont 0,75 % en critique) et s’envole pour les plus de dix ans à 28,3 1% (dont 1,68 % en critique).

Le parc dédié au transport routier de marchandises a fortement évolué ces dernières années, avec une part grandissante des livraisons effectuées par les véhicules utilitaires légers pour assurer les derniers kilomètres dans les centres-villes. Ce parc de VUL constitue aujourd’hui une source de précarité et de danger s’il n’est pas entretenu de façon régulière. En effet, n’étant pas soumis à l’utilisation de chronotachygraphe, ces véhicules s’exemptent de plus en plus de leur contrôle pollution complémentaire et ne répondent pas aux obligations de formation au métier de conducteur.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos