Le marché du véhicule d’occasion progresse de 1,6 % en novembre

Publié le par

En France, le marché du véhicule d’occasion a enregistré plus de 462 000 immatriculations au mois de novembre.

Le marché du véhicule d'occasion progresse de 1,6 % en novembre

Selon les données fournies par AutoScout24, le marché du véhicule d’occasion a progressé de 1,6 % en novembre 2019 (à jours ouvrables constant, la progression est beaucoup plus importante avec une hausse de 12,2 %). 462 865 véhicules ont été immatriculés le mois dernier. Le rapport VO/VN est de 2,68 en novembre, et de 2,65 depuis le début de l’année.

« Le mois de novembre montre un beau dynamisme du marché du véhicule d’occasion avec une progression de 1,6 % malgré deux jours ouvrables en moins, analyse Vincent Hancart, directeur général d’AutoScout24 France. Ces chiffres cachent d’autres tendances : un équilibre diesel-essence qui approche la stabilité et un regain d’intérêt pour des véhicules plus âgés et donc moins chers. Les motorisations alternatives ne semblent plus progresser par apport à la fin de l’année 2018, phénomène probablement lié à un manque d’offres pour les hybrides et les électriques ».

Les marques allemandes tirent leur épingle du jeu

Les marques françaises sont stables ou légèrement en régression. Si Peugeot a progressé de 0,1 %, Renault (- 1,4%) et Citroën (- 1,1 %) ont marqué le pas au mois de novembre. Parmi les autres marques du groupe Renault, Nissan (- 13,9 %) et Dacia (+ 25,5%) ont connu des fortunes diverses. Dans le groupe PSA, Opel enregistre une légère baisse de 0,1 %. Fiat et Alfa Romeo ont enregistré des replis respectifs de 6,9 % et de 12,9 %. Jeep (+ 8,7 %) a gagné du terrain. Parallèlement, les marques allemandes ont toutes affiché d’excellentes performances : Volkswagen (+ 4,2%), Audi (+ 6,1 %), BMW (+ 10,1 %) ou encore Mercedes (+ 10,1 %). Skoda (+ 18 %), Kia (+ 11,7 %), Volvo (+ 19 %) et Suzuki (+ 30,3 %) ont signé de belles performances.

Vif intérêt pour les véhicules les plus âgés

Le mois de novembre confirme une tendance déjà en partie observée ces derniers mois dans l’Hexagone : le retour de l’intérêt pour les véhicules plus anciens (soit les plus de 10 ans). Les immatriculations des VO de 11 à 15 ans et les plus de 16 ans ont respectivement progressé de 5,9 % et de 8,5 %. Ce segment essentiellement lié aux transactions entre particuliers attire à nouveau les Français à la recherche d’une bonne affaire.

Le diesel fait de la résistance

Les motorisations diesel font plus que de la résistance puisqu’elles progressent légèrement de quelques centaines d’unités. Les motorisations essence continuent leur conquête mais de façon plus équilibrée. En revanche, les motorisations alternatives ne progressent presque plus. Le volume est même négatif pour les voitures électriques. Ce phénomène est en partie lié aux belles progressions enregistrées fin 2018 mais qui ne se confirment pas cette année.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos