Le rétrofit électrique en bonne voie de légalisation

Publié le par

L’association AIRe, qui regroupe les acteurs du rétrofit électrique, vient d’annoncer l’envoi d’un projet d’arrêté à la commission européenne pour définir les conditions de la conversion de véhicules thermiques en électriques.

Le rétrofit électrique en bonne voie de légalisation

La France reste l’un des rares pays d’Europe qui interdit le rétrofit électrique. L’association AIRe (acteurs de l’industrie du rétrofit électrique) a été fondée en janvier 2019 pour promouvoir la transformation des véhicules thermiques en véhicules 100 % électriques par les principaux acteurs de ce domaine naissant. Moins d’un an plus tard, cette association est parvenue à mettre sur pieds avec les pouvoirs publics (DGEC, CNRV, UTAC-CERAM) un projet d’arrêté destiné à autoriser et réglementer le rétrofit électrique. Ce texte a été envoyé à la Commission européenne pour approbation. Si l’Europe valide cet arrêté, la création d’une filière professionnelle deviendra possible dès le premier trimestre 2020. « Il ne reste plus qu’à attendre le retour de Bruxelles du projet d’arrêté en février 2020 pour la mise en signature du projet d’arrêté ainsi que la parution au Journal officiel », confirme Arnaud Pigounides, co-président de AIRe. L’association devrait compter quinze adhérents en 2020 et souhaite regrouper tous les acteurs de ce secteur spécifique. Ces sociétés souhaitent proposer des transformations simples avant de diversifier leurs offres pour aller jusqu’à la pile à combustible. Le texte devrait permettre de transformer tous types de véhicules, des deux-roues aux camions et bus, en passant par les utilitaires et les voitures particulières.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos