[Tribune] Xavier Horent, CNPA : « Une grande Semaine des services de l’automobile et de la mobilité »

Publié le par

À quelques semaines du lancement de la sixième édition de la Semaine des services de l’automobile et de la mobilité (SSAM), qui aura lieu du 30 janvier au 6 février 2021, le délégué général du CNPA nous livre, en quatre épisodes, un message pertinent et plein d’espoir pour la jeunesse dans les métiers des services automobiles.

© CNPA
© CNPA

Épisode 2

Malgré les immenses difficultés qui n’en finissent pas d’éroder notre société, ne mettons pas tout sous couvre-feu ! C’est parce que la Covid domine tout qu’il ne faut pas se laisser dominer. La « distanciation sociale » et les « gestes barrières » – terrible vocabulaire – doit conduire à nous rapprocher davantage. Ainsi, dans la traversée du désert que connaissent – hélas – les grands événements de la profession, tels que le Mondial, nos partenaires sociaux ont décidé le lancement de la sixième édition de la Semaine des services de l’automobile et de la mobilité (SSAM).

Du 30 janvier au 6 février, cette nouvelle édition a pour but de rapprocher les jeunes des solutions proposées par une profession dont les besoins de recrutements sont considérables : de l’ordre de 50 000 postes par an d’ici à 2025 ! https://www.cnpa.fr/actualites/la-semaine-des-services-de-l-automobile-et-de-la-mobilite-2020/

C’est donc le moment pour lui donner « un coup de main » ! Comme le montre la vidéo de promotion de cette édition 2021 (https://www.youtube.com/watch?v=32M6bevCPG4), nos métiers ont des « superpouvoirs » ! Ce sont ceux que confèrent la passion et le goût du travail bien fait. Rien ne saurait les arrêter lorsqu’ils sont accompagnés et exercés « dans les règles de l’art ». Ils transforment nos jeunes. Et cette génération va transformer une filière profondément ancrée dans notre histoire et dans nos territoires.

Car l’automobile représente indiscutablement un secteur d’avenir. N’en déplaise à ses contempteurs, sa transformation va engendrer des besoins étendus en compétences et en emplois. C’est particulièrement vrai dans la branche des services, dont les 500 000 actifs tissent un formidable réseau de proximité. Aux usines du futur devront correspondre des garages du futur, nécessairement connectés, croisant datas et techniques, produits et services, digital et contact humain.

C’est un autre récit, qui suppose de modifier les modes de représentation, de communication, de travail, et donc de formation. Les espaces dédiés à la mobilité ne sont-ils pas parmi les plus visités du CES de Las Vegas ? La mobilité n’est-elle pas la verticale de référence, d’ailleurs pilotée par le CNPA et cofondée avec Via-Id, au sein du plus grand accélérateur au monde, Station F ? N’est-ce pas la mobilité, avec la santé et l’environnement, qui est le terrain de prédilection des startups ?

À cet égard, le Campus des services de l’automobile et de la mobilité basé à Guyancourt et inauguré en 2018 en est la parfaite illustration. Véritable espace de prospective, d’expérimentation et de démonstration des nouveaux usages et des innovations (parmi lesquelles le vélo à hydrogène), il vient compléter l’excellence des quarante CFA pilotes de la branche et donner une nouvelle impulsion aux partenariats conclus avec des universités.
Un apprenti d’aujourd’hui est formé avec les dernières technologies, et peut aller jusqu’au diplôme d’ingénieur – par exemple en mécatronique – en suivant les parcours définis avec le Conservatoire national des arts et métiers (CNAM).

De même, le nombre de femmes en formation dans la branche a doublé depuis 2015. Elles sont aujourd’hui au nombre de 2 500, avec une part très supérieure à celle des hommes dans l’enseignement de la conduite (53 %) et une forte progression dans les secteurs du commerce et des services (19 %). Quant à la filière du cycle, avec un vélo auréolé comme le grand vainqueur des nouveaux usages dans les métropoles, les effectifs en alternance ont doublé, avec une potentiel de création d’emplois estimé à 10 000 postes d’ici à cinq ans.

Automobile, véhicule industriel, moto, cycle, services de mobilité, les success story sont légion dans nos métiers, toutes formes de mobilités confondues. C’est ce que va manifester la SSAM, en visant à accentuer la transparence et la lisibilité des parcours de formation. Parce que les jeunes et leurs familles doivent être en mesure de faire un choix éclairé en connaissant en amont les débouchés en matière d’emploi et d’accès aux qualifications.
Elle a également pour objectif de prendre appui sur nos entreprises, parfaitement conscientes de leurs responsabilités sociales. Elles assument parfaitement leur rôle en termes de transmission des compétences et d’insertion des jeunes dans la vie active. L’apprentissage, c’est une voie d’excellence pour l’entreprise elle-même, c’est une des meilleures manières de préparer l’avenir.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos