Véhicule électrique : les agents Peugeot affichent leur confiance

Publié le par

Formation, habilitation, bornes de recharge… Réunis les 28 et 29 septembre derniers à Lyon, à l’occasion de l’assemblée générale du GAAP, les agents Peugeot se préparent à la révolution électrique initiée par le lancement de la nouvelle 208. Ils ont également réélu Florence Gete à la tête du groupement.

Véhicule électrique : les agents Peugeot affichent leur confiance

Une mutation pour les uns, une révolution pour les autres, le changement énergétique engagé avec les nouvelles normes WLTP s’accompagne à présent de l’électrification progressive de la gamme Peugeot. L’orientation est indispensable. Pour le constructeur, elle vise à se conformer à la nouvelle réglementation CAFE, qui prévoit un seuil maximal d’émission de CO2 de 95 g (calculé sur l’ensemble des ventes de véhicules neufs, hors VU).

Réélection de Florence Gete à la tête du GAAP

Pour les agents Peugeot, adhérents du GAAP, l’impact attendu des modèles électriques ou hybrides (à la technologie plug-in) sur l’activité après-vente alimente forcément les réflexions. « Nous devons être ambitieux, et ne pas subir ces bouleversements qui arrivent dans nos métiers, estime Florence Gete, réélue à la présidence du Groupement des agents automobiles Peugeot. Ils nourrissent des questions légitimes des agents du réseau. Nous sommes tous en éveil. Nous formons nos techniciens pour rester dans la course, et nous faisons aussi des choix d’investissement. »

Repli de 30 % du coût d’entretien avec l’électrique

Si le coût d’entretien des véhicules électriques (qui ne nécessite ni vidange, ni remplacement des filtres par nature) s’annonce en repli de 30 % par rapport à un modèle équivalent thermique, les perspectives restent positives. Elles sont liées à la fidélisation accrue générée par ces nouvelles technologies, un panier moyen supérieur sur les modèles hybrides, et à la mise en place de nouveaux services. Un exemple : grâce à leurs bornes électriques, les agents Peugeot pourront devenir des fournisseurs de charge. Les prestations permettront de créer de nouveaux flux, en dehors des prestations d’entretien habituelles.

« Il n’y a pas de bouleversement à attendre à court et moyen terme des véhicules électriques sur notre activité, avance Florence Gete. Nous savons fidéliser nos clients, avec un âge moyen du parc entretenu de près de huit ans. Les performances commerciales de la marque ces dernières années permettent également de bénéficier d’un volume de véhicules thermiques à entretenir. » Néanmoins, l’électrification de la gamme entraîne des besoins en formation et en infrastructures. Elle supposera, par ailleurs, d’adapter la gestion des flux en atelier pour recharger les véhicules électriques. L’évolution va se traduire par l’installation, dans l’ensemble du réseau des agents Peugeot, de deux bornes de recharge électriques standard (l’une dans les ateliers, la seconde sur le parking) d’ici à la fin 2020.

À l’avenir, les projections tablent sur une part de marché de 15 % des véhicules électriques en 2030. « À plus longue échéance, il sera nécessaire de se poser des questions sur le business model de nos affaires », confie Florence Gete, qui vante l’électro-compatibilité des agents Peugeot face à l’après-vente de la nouvelle génération qui se profile.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos