Conseil européen : accord partiel sur la neutralité carbone d’ici à 2050

Publié le par

Les dirigeants européens réunis à Bruxelles sont tombés d’accord sur un objectif de neutralité carbone en 2050.

Conseil européen : accord partiel sur la neutralité carbone d'ici à 2050

Lors de la réunion du Conseil européen du 12 décembre, les dirigeants sont parvenus à un accord visant une neutralité carbone dans l’Union européenne à l’horizon 2050. Un accord partiel puisque la Pologne n’a pas souhaité s’engager dans cette voie, mais n’a pas pour autant bloqué l’accord obtenu hier dans la nuit.

1 000 milliards d’euros d’investissement

Pour parvenir à la neutralité climatique, il faudra toutefois relever des défis majeurs. Le Conseil européen prend note de la communication de la Commission sur le pacte vert pour l’Europe et demande au Conseil de faire avancer les travaux en ce sens.

La transition exigera d’importants investissements publics et privés. À cet égard, le Conseil européen salue et soutient l’annonce par la BEI de son intention de soutenir la mobilisation de 1 000 milliards d’euros d’investissements à l’appui de l’action pour le climat et de la viabilité environnementale au cours de la période 2021-2030.

Le pacte vert de la Commission

La veille, la nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté le pacte vert qui vise à construire une feuille de route pour parvenir à cette neutralité carbone.

« Le pacte vert européen est la nouvelle stratégie de croissance inclusive de l’Union européenne, a-t-elle déclaré. Il doit permettre de réduire les émissions de gaz à effet de serre d’une part, et de l’autre de créer des emplois et améliorer la qualité de vie des citoyens. Notre vieux modèle basé sur les énergies fossiles et la pollution n’est plus adapté. Cette transition ne doit oublier personne. Elle devra embarquer tout le monde ou elle ne fonctionnera pas. Notre pacte est très ambitieux mais nous serons aussi très vigilants sur ses conséquences. »

1 million de bornes de recharge supplémentaires

D’après ce « green deal , les transports devront avoir réduit leurs émissions de 90 % d’ici cette date. Ce qui passe par l’installation d’un million de bornes de recharge supplémentaires. Dans les faits, ce pacte vert n’emporte pas, pour l’instant, l’adhésion au sein de plusieurs États de l’Union européenne.

Les objectifs de CO2 ne devraient pas bouger

Au niveau des objectifs de réduction de CO2 dans l’automobile, votés en début d’année, et qui visent une baisse des rejets de 37,5 % d’ici à 2030 par rapport à 2021, ceux-ci ne devraient pas bouger tant ils sont déjà très ambitieux pour l’industrie automobile et supposent une électrification du parc automobile et des changements profonds dans les mobilités en Europe pour y parvenir.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos