Le diesel en recul de 14,1 % dans l’Union européenne au troisième trimestre 2019

Publié le par

La part des ventes de voitures diesel neuves suit la même tendance à la baisse en Europe que sur le marché français. Les immatriculations ont reculé de 14,1 % au troisième trimestre sur le Vieux Continent.

Le diesel en recul de 14,1 % dans l'Union européenne au troisième trimestre 2019

Selon les chiffres de l’Association des constructeurs européens (ACEA), les immatriculations de véhicules diesel ont reculé de 14,1 % au cours du troisième trimestre de 2019 pour atteindre une part de marché de 29,1 %.

Véhicules électrifiés : 11,3 % du marché total VP

Dans le même temps, les immatriculations de voitures essence ont encore augmenté de 6,1 %, représentent désormais 59,5 % du marché de l’Union européenne. Une progression de l’essence qui ne va pas arranger les affaires des constructeurs à quelques mois de l’entrée en vigueur de la réglementation européenne CAFE. Rappelons que l’essence rejette de 20 à 30 % de CO2 en plus par rapport au diesel.

Au cours de cette même période, les véhicules électriques rechargeables (PHEV) ont représenté 3,1 % du total des ventes de voitures neuves sur le Vieux Continent. Tous les véhicules à propulsion alternative (APV) combinés détenaient une part de marché de 11,3 % au dernier trimestre.

Les cinq principaux marchés automobiles de l’Union européenne ont constaté une augmentation significative du nombre total d’immatriculations de véhicules à moteur à propulsion alternative au troisième trimestre 2019. L’Allemagne a enregistré la plus forte progression (+ 71,4 %), suivis du Royaume-Uni (+ 46,5 %), de la France (+ 35,7 %), de l’Espagne (+ 31,9 %) et de l’Italie (+ 28,6 %).

Une baisse dans quatre des cinq grands marchés sauf en Allemagne

Quatre des cinq plus grands marchés de l’Union européenne ont enregistré une baisse à deux chiffres : les ventes de diesel ont chuté de 34,7 % en Espagne, la demande italienne s’est contractée de 24,5 %, les ventes ont baissé de 20,8 % au Royaume-Uni et de 12,6 % dans l’Hexagone. L’Allemagne a toutefois enregistré une modeste augmentation de 4,7 % au dernier trimestre.

Les ventes de voitures essence ont inévitablement profité de cette baisse de la demande de diesel, augmentant de 6,1 % (121 216 unités) par rapport à il y a un an. À l’exception de l’Espagne (- 2,8 %), tous les principaux marchés de l’Union européenne - la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Italie - ont enregistré une croissance de leurs ventes de véhicules essence. L’Italie a signé la plus forte augmentation (+ 35,6 %). L’essence a accru sa part de marché de 57,4 à 59,5 % au troisième trimestre de 2019 sur le Vieux Continent.

Voir aussi :

En partenariat avec le En partenariat avec CNPA
A la une
La quotidienne Auto-infos